La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Jules Laforgue

A propos

Fou de Laforgue Initiées il y a trente ans, les OEuvres complètes de Jules Laforgue sont enfin achevées. Il fallait la ferveur d’un collectionneur opiniâtre et la rigueur d’un juge pour les mener à bien. Depuis juillet 1971, date de la signature d’un premier contrat relatif à l’édition des poèmes de Jules Laforgue (1860-1887) dans la Pléiade, Jean-Louis Debauve a partagé le long périple de Pierre-Olivier Walzer (1915-2000) à la recherche d’un éditeur. Trente ans plus tard, le troisième et dernier tome des OEuvres complètes paraît. Après que Félix Fénéon, Camille Mauclair, André Malraux, Georges...
août 2001
Le Matricule des Anges n°35

Ouvrage chroniqué

Œuvres complètes tome 2
de Jules Laforgue
Sept ans après la parution du premier volet des œuvres complètes du Montévidéen Jules Laforgue, un nouveau tome propose les écrits qu’il a rédigés entre 1884 et 1887, date de sa mort. Fastes quoique fatales, ces quatre années voient paraître les fameuses Complaintes (cf. Tome I : 1860-1883) et des recueils de poésie où s’affirment une musique personnelle, une tonalité vivante. « Je vague depuis le matin,/ En proie à des loisirs coupables,/ Épiant quelque grand destin/ Dans l’œil de mes douces semblables ». Le Concile féérique, l’Imitation de Notre-Dame de la Lune, Des fleurs de bonne...
Éric Dussert
septembre 1996
Le Matricule des Anges n°17