La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Entretiens Fou de Laforgue

août 2001 | Le Matricule des Anges n°35 | par Éric Dussert

Œuvres complètes (tome III)

Initiées il y a trente ans, les OEuvres complètes de Jules Laforgue sont enfin achevées. Il fallait la ferveur d’un collectionneur opiniâtre et la rigueur d’un juge pour les mener à bien.
Depuis juillet 1971, date de la signature d’un premier contrat relatif à l’édition des poèmes de Jules Laforgue (1860-1887) dans la Pléiade, Jean-Louis Debauve a partagé le long périple de Pierre-Olivier Walzer (1915-2000) à la recherche d’un éditeur. Trente ans plus tard, le troisième et dernier tome des OEuvres complètes paraît.
Après que Félix Fénéon, Camille Mauclair, André Malraux, Georges Jean-Aubry ou René-Louis Doyon s’y sont collés, publier Tout-Laforgue restait une tâche d’envergure à laquelle rien ne destinait le magistrat à la retraite J.-L. Debauve, hormis, peut-être, une ascendance bibliophile et un goût maniaque du document autographe. Né en 1926 à Paris, Jean-Louis Debauve est le fils d’un commissaire-priseur peu soucieux des belles-lettres et d’une mère très littéraire. Dans son entourage, il y a aussi un oncle extraordinaire… Le jeune Debauve fait ses classes entre Bretagne et Paris et occupe son premier poste de magistrat à Mila, près de Constantine. En 1962, la guerre d’Algérie le ramène chez lui où il fouille durant neuf mois la Bibliothèque nationale, peu pressé de retrouver un poste. Du Nord à la région parisienne, il sera juge et, aux heures creuses, chercheur indépendant. Depuis la publication d’une lettre de Chateaubriand dans une revue d’histoire locale, sa bibliographie comporte des Lettres inédites de Sade (Pauvert, 1990), une thèse sur la justice révolutionnaire dans le Morbihan, de nombreux articles… et des travaux en cours.

Quand avez-vous découvert Jules Laforgue ?
Dans mon tout jeune âge. Ma mère qui était infirme lisait beaucoup. Elle m’a appris qui étaient Baudelaire et Verlaine. Laforgue, j’ai goûté son humour comme celui d’un auteur moderne à l’avant-garde du surréalisme. Les surréalistes se sont fichus dedans lorsque dans leurs tracts, ils lançaient « Lisez Charles Cros, ne lisez pas Laforgue ». Soupault a reconnu qu’ils n’avaient jamais lu ses poèmes. À la maison on m’avait appris ce qu’était un livre ancien et il restait des épaves de la collection de mon oncle qui s’appelait Charles Martine et occupait un poste de bibliothécaire à l’école des Beaux-arts. Il a fréquenté beaucoup d’écrivains et d’artistes parmi lesquels André Salmon, Léo Larguier, Dunoyer de Segonzac… C’était un pilier des Deux-Magots. Lorsqu’il est mort en 1936, Desnos a écrit qu’il était « le dernier représentant de la critique parlée selon Diderot au Quartier Latin ». Il avait cette particularité d’être collectionneur. Son appartement rue Bonaparte était à ce point rempli de tableaux, de livres, de papiers et d’objets anciens qu’il logeait à l’hôtel à la fin de sa vie.
Cette collection est à l’origine de la vôtre ?
En partie oui. Ma mère réussit à sauver quelques livres, le dossier Laforgue de l’éditeur...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?