La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Julia Kristeva

A propos

Dame tartine Sous couvert d’un indigeste polar, Julia Kristeva se laisse aller à une logorrhée fumeuse. Quand le bavardage se fait passer pour de la pensée, l’écriture fait des grumeaux. Brouillon bâclé à peine digne du plus laborieux épisode d’une série Z américaine, Meurtre à Byzance joue sur tous les clichés de l’époque : secte, serial killer, immigration, journalisme mondain, informatique (quelqu’un pourrait-il signaler à l’auteur qu’on ne peut pénétrer à l’intérieur d’un ordinateur si celui-ci n’est pas branché ?). Un type tue l’un après l’autre les représentants d’une secte, ce qui provoque l’envoi à Santa-Barbara (et dans le lit de Northrop Rilsky, commissaire chargé de l’enquête) de Stéphanie Delacour, journaliste à L’Événement de Paris. Sebastian Chrest-Jones,...
avril 2004
Le Matricule des Anges n°52

Ouvrage chroniqué

La Haine et le pardon
de Julia Kristeva
2005
Qui, dans la Hollande occupée par les nazis, a dénoncé Anne Frank ? C’est par le biais de la fiction que Richard Lourie a choisi de répondre à cette question jusqu’à ce jour irrésolue. La singularité du récit, outre de livrer le point de vue du « traître » - Joop, un vieux monsieur qui depuis l’âge de ses 10 ans porte dans le silence mortifère du secret, le poids de cette dénonciation funeste - est d’interroger cette « responsabilité d’enfant » d’alors. Notons qu’il revient à l’irruption inopinée de son frère, qu’il n’a pas vu depuis soixante ans, d’enclencher la libération de la...
Sophie Deltin
juillet 2008
Le Matricule des Anges n°95