La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Léon Bloy

Ouvrages chroniqués

Sueur de sang
de Léon Bloy
2010
Avant d’être polémiste, écrivain, et empêcheur de penser en rond acharné, Léon Bloy fut soldat. Sa guerre franco-prussienne de 1870-1871, il la raconte vingt ans plus tard dans les trente contes de la Sueur du sang, en tant qu’« historien anecdotique ». D’un tout autre tonneau que La Débâcle de Zola parue juste avant, en 1892, les « fredaines héroïques » dont Bloy se fait le héraut invisible sont des histoires cruelles, cyniques, scabreuses. Puisqu’un « brave homme ne mérite aucun portrait », on n’aura droit qu’aux eaux-fortes des brutes ou des héros. Et si possible, des deux en même...
novembre 2010
Le Matricule des Anges n°118
Le Désespéré
de Léon Bloy
2004
Virulent prophète de l’Absolu, il cherchait « la face de Dieu dans les ténèbres ». Réédition de ses deux romans, flot conséquent de diatribes endiablées. La figure de Marchenoir, masque sombre et transparent de l’auteur, unit les deux romans essentiels et jusque-là épuisés du grand polémiste de la fin du XIXe siècle. Ce n’est pas la seule clef. Les hommes de lettres ont craint d’y trouver les portraits à l’acide de Maupassant, de Daudet et de plumitifs oubliés. C’est ainsi que Le Désespéré, premier roman publié en 1886, se conquit une réputation sulfureuse, malgré la conspiration du silence. De même, La Femme pauvre offre une dimension autobiographique et une chronique de la « chiennerie contemporaine » où l’on devine Huysmans ou Villiers...
Thierry Guinhut
février 2005
Le Matricule des Anges n°60
La Femme pauvre
de Léon Bloy
2004
Virulent prophète de l’Absolu, il cherchait « la face de Dieu dans les ténèbres ». Réédition de ses deux romans, flot conséquent de diatribes endiablées. La figure de Marchenoir, masque sombre et transparent de l’auteur, unit les deux romans essentiels et jusque-là épuisés du grand polémiste de la fin du XIXe siècle. Ce n’est pas la seule clef. Les hommes de lettres ont craint d’y trouver les portraits à l’acide de Maupassant, de Daudet et de plumitifs oubliés. C’est ainsi que Le Désespéré, premier roman publié en 1886, se conquit une réputation sulfureuse, malgré la conspiration du silence. De même, La Femme pauvre offre une dimension autobiographique et une chronique de la « chiennerie contemporaine » où l’on devine Huysmans ou Villiers...
Thierry Guinhut
février 2005
Le Matricule des Anges n°60