La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Leopoldo Brizuela

Ouvrages chroniqués

Le Plaisir de la captive
de Leopoldo Brizuela
2006
Si l’on connaît assez bien les Indiens (ou natifs américains) de l’Amérique du nord, ceux d’Argentine sont les parents pauvres de la littérature. Ce n’est pas le moindre mérite de Leopoldo Brizuela (né en 1963) que de rendre une dignité à ces vaincus, ces êtres farouches et frustes d’entre pampa et Terre de feu. Il nous livre là un recueil de nouvelles étranges, emplies de personnages exceptionnels. C’est ainsi que la « captive » blanche, bien qu’adolescente, saura tenir la dragée haute à ses poursuivants sauvages grâce à une stratégie née de l’observation de leurs mœurs de cavaliers...
Thierry Guinhut
septembre 2006
Le Matricule des Anges n°76
Angleterre une fable
de Leopoldo Brizuela
2004
Étrange roman. Narré en cinq actes, comme La Tempête de Shakespeare dont il s’inspire librement, il nous emporte dans un voyage hypnotique aux songes mi-initiatiques, mi-surréalistes. Il s’agit d’une troupe de théâtre, The Great Will, que sa fidélité aux textes et à l’esprit du maître de Stratford-on-Avon, pousse contre toute raison à résister aux évolutions que le temps commande. D’abord fêtés et protégés par l’aristocratie, les acteurs doivent se résoudre à vagabonder pendant des siècles, jusqu’à ce qu’ils soient forcés de vendre leur bateau et s’embarquer avec un cirque depuis le canal...
Thierry Guinhut
octobre 2004
Le Matricule des Anges n°57