La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Louis Soutter

Ouvrage chroniqué

Si le soleil me revenait
de Louis Soutter
Musicien et peintre, malade et funambule de la folie, Louis Soutter devrait rester parmi les grands peintres de notre siècle. Il faudra bien se rendre à l’évidence : Louis Soutter compte parmi les grands peintres de notre époque, au même titre que Michaux, Artaud ou Wols. Toutefois, il est jusqu’à aujourd’hui, et malgré l’enthousiasme de Le Corbusier, de Dubuffet, de Ramuz ou Stravinski, resté en marge. Né en 1871 à Morges, dans le canton de Vaud en Suisse, Soutter, issu d’une famille aisée, fait des études brillantes avant de se passionner pour la musique. Il s’impose vite comme un grand violoncelliste. Mais en plein concert, il se retrouve paralysé. Il ne cesse pour autant de dessiner. Extravagant au dire de...
Emmanuel Laugier
janvier 1998
Le Matricule des Anges n°22