La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Luigi Di Ruscio

Ouvrages chroniqués

Christs pulvérisés
de Luigi Di Ruscio
2017
Le poète métallo Luigi Di Ruscio revient sans nostalgie sur ses années d’enfance et de formation, et réinvente impétueusement l’Italie d’après-guerre. Après La Neige noire d’Oslo (2014) et Palmiro (2015), il manquait encore un volet au « roman mémoriel » de Luigi Di Ruscio, « dernier néoréaliste » et témoin échevelé de la seconde moitié du siècle dernier : les éditions Anacharsis achèvent la publication de ce triptyque fiévreux avec ces Christs pulvérisés – en réalité le deuxième roman de l’écrivain, qu’il écrivit comme les deux autres depuis son exil en terre « norvégique ». On y retrouve notre ogre rouge dévalant routes et sentiers à toute berzingue sur son vélo ou martelant frénétiquement les touches de son Olivetti au milieu...
Valérie Nigdélian
février 2018
Le Matricule des Anges n°190
Christs pulvérisés
de Luigi Di Ruscio
2017
Christs pulvérisés, de Luigi Di Ruscio Tu connais Di Ruscio ? », m’a demandé mon ami Stefano en me tendant La neve nera di Oslo que les éditions Ediesse avaient récemment publié. « C’est un auteur des Marches qui a émigré en Norvège, son écriture est surprenante, inouïe ! » En effet, dès les premières pages, je suis émerveillée, je jubile déjà à l’idée de le traduire, mais aussitôt après la tâche me semble un peu folle : comment vais-je me dépatouiller avec cette langue étrange qui mêle oralité, registre littéraire, inventions langagières, sans compter la syntaxe parfois aléatoire et quelques passages dont le sens reste...
octobre 2017
Le Matricule des Anges n°187