La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Magnus Mills

Ouvrages chroniqués

Sur le départ
de Magnus Mills
Dans la série télévisée anglaise des années 70 Le Prisonnier, l’acteur et producteur Patrick McGoohan ne parvenait jamais à s’échapper d’un univers faussement courtois aussi policier que kitch. Pareil pour le narrateur de ce roman inédit, qui en route pour l’Inde, s’arrête quelque temps dans un camping de la campagne anglaise et finit par ne jamais en repartir. Ici, aussi, la courtoisie domine, si bien que le héros ne va pas tarder à s’empêtrer dans un écheveau de relations sociales qui vont faire de lui un prisonnier sans chaîne, débiteur de toute une collectivité villageoise, un esclave...
Dominique Aussenac
janvier 2003
Le Matricule des Anges n°42
Retenir les bêtes
de Magnus Mills
2000
On nous dit que le quadragénaire britannique Magnus Mills fut conducteur de bus à Londres. Est-ce un appât ? Ex-prolétaire, il pourrait intégrer le rang des artistes sociaux anglais mais à défaut de décrire précisément l’âpre réalité sociale du post-thatcherisme, Magnus Mills donne dans la fable et dans l’humour gris. Ce serait une variante de l’humour noir pince-sans-rire, un humour appliqué à la société libérale évanouie, à des personnages sans pesanteur. De la vacuité des vies comme conséquence du marasme économique. Retenir les bêtes. Il faut prendre ce titre avec toute son ironie....
Éric Dussert
juillet 2000
Le Matricule des Anges n°31