La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poches Bonjour chez vous

janvier 2003 | Le Matricule des Anges n°42 | par Dominique Aussenac

Sur le départ

Dans la série télévisée anglaise des années 70 Le Prisonnier, l’acteur et producteur Patrick McGoohan ne parvenait jamais à s’échapper d’un univers faussement courtois aussi policier que kitch. Pareil pour le narrateur de ce roman inédit, qui en route pour l’Inde, s’arrête quelque temps dans un camping de la campagne anglaise et finit par ne jamais en repartir. Ici, aussi, la courtoisie domine, si bien que le héros ne va pas tarder à s’empêtrer dans un écheveau de relations sociales qui vont faire de lui un prisonnier sans chaîne, débiteur de toute une collectivité villageoise, un esclave volontaire. Mills s’ingénie à dresser le procès du monde étouffant de la ruralité et de sa socialisation. Il parsème son récit de filaments déliquescents et délicieusement fantastiques, d’indices troublants augurant de disparitions passées, tout en adoptant un humour pince-sans-rire, british, fin, sans tapage, sans effets de style, très cosy finalement. L’histoire se déroule autour d’un lac anodinement rond qui catalyse toutes les angoisses. Les personnages, leur psychologie sont dépeints par petites touches, jamais définitives. Les conversations vives, enjouées ne se concluent jamais et laissent libre cours à toutes les interprétations. Le héros évoluera dans un monde où le non-sens apparent cache un autoritarisme des plus latents, des plus criminels. Sa politesse, son refus de poser des questions et de remettre en cause l’ordre ambiant le perdront. Il semble qu’une attitude contraire eut de toute façon généré le même résultat. Troublant, drôle et subtil.
Magnus Mills, ancien conducteur de bus à Londres, né en 1954 fut finaliste du Booker Prize en 1998 avec Retenir les bêtes (10/18, 2000). Son troisième roman Three to see the king n’est pas encore traduit en français.

Sur le départ
Magnus Mills
Traduit de l’anglais
par Jean-François Merle
10/18
220 pages, 7,30

Bonjour chez vous Par Dominique Aussenac
Le Matricule des Anges n°42 , janvier 2003.
LMDA PDF n°42
4.00 €