La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Martin Page

A propos

Page par Page Martin Page poursuit sa passe d’armes avec la réalité. Le coupe-choux toujours plus affilé, l’auteur de "Comment je suis devenu stupide" déchire les liens de la conspiration sournoise qui tourmente son héroïne Fio. Sous son allure indolente de signataire d’armistice, Martin Page est un coriace bretteur. Les attaches de la réalité se rompent sous son fleuret. Son escrime littéraire est un enchaînement de touches alertes et inattendues. Dans Comment je suis devenu stupide (Le Dilettante, 2001) et Une parfaite journée parfaite (Mutine/Nicolas Philippe 2002), les cocasses arabesques de sa pointe avaient séduit par leur panache. Sans renoncer au burlesque, ni à une naïveté retouchée d’ironie et de férocité, La Libellule de ses huit ans, son troisième roman, possède une tonalité plus tragique. Loufoques...
mars 2003
Le Matricule des Anges n°43

Ouvrages chroniqués

Le garçon de toutes les couleurs
de Martin Page
2007
Avec son premier roman jeunesse, Martin Page aborde le thème de l’enfance maltraitée dans un style épuré, sans se départir de son habituelle fantaisie. L’enfance, c’est pas de la tarte ! Martin Page le souligne à sa façon dans ce roman sous forme d’apologue, un jeu subtil entre récit et moralité qui requiert (et c’est là sa force) l’intelligence complice du jeune lecteur et sa liberté d’interprétation. Un moyen de dénoncer indirectement l’idée taboue de la maltraitance des enfants par l’autorité familiale, et plus précisément le père et la mère. Comme dans le conte philosophique, la leçon est progressive et implicite. Martin Page use de la métaphore et de l’antiphrase. Redoutable mécanique pour ce récit bref à la structure narrative...
Malika Person
mai 2007
Le Matricule des Anges n°83
Une parfaite journée parfaite
de Martin Page
Chaque matin, au lever, un 357 Magnum lui éternue ses mortelles salutations. « Quitte à perdre quelques minutes de sommeil, je préfère me tuer avant les informations. Après, ça va mieux. » Fier comme un Lazare ressuscité, l’atrabilaire rescapé se traîne ensuite jusqu’à la salle de bains où il se saborde au rasoir, tel un vulgaire tranchelard. Après, ça va mieux. Jusqu’au coucher, ça ira de mieux en mieux : l’absorption d’expéditifs cocktails de barbituriques, le saute-mouton sur de radicales mines antipersonnelles -soigneusement disposées par ses soins sous le carrelage- et le lancer de...
Pascal Paillardet
juin 2002
Le Matricule des Anges n°39
Comment je suis devenu stupide
de Martin Page
2001
Antoine devrait entrer dans l’âge adulte, accomplir le destin que l’on réserve aux hommes que l’étude a vernis. Alors, quelque chose grippe : un grain de sable que l’esprit fin mute en plage de souffrance. « Il est écrit dans l’Ecclésiaste que »qui accroît sa science, accroît sa douleur«  ; mais, n’ayant jamais eu le bonheur d’aller au catéchisme avec les autres enfants, je n’ai pas été prévenu des dangers de l’étude. Les chrétiens ont bien de la chance, si jeunes, d’être mis en garde contre le risque de l’intelligence ; toute leur vie, ils sauront s’en écarter. Heureux les simples...
Pierre Hild
avril 2001
Le Matricule des Anges n°34