La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Entretiens Page par Page

mars 2003 | Le Matricule des Anges n°43 | par Pascal Paillardet

Martin Page poursuit sa passe d’armes avec la réalité. Le coupe-choux toujours plus affilé, l’auteur de "Comment je suis devenu stupide" déchire les liens de la conspiration sournoise qui tourmente son héroïne Fio.

La Libellule de ses huit ans

Sous son allure indolente de signataire d’armistice, Martin Page est un coriace bretteur. Les attaches de la réalité se rompent sous son fleuret. Son escrime littéraire est un enchaînement de touches alertes et inattendues. Dans Comment je suis devenu stupide (Le Dilettante, 2001) et Une parfaite journée parfaite (Mutine/Nicolas Philippe 2002), les cocasses arabesques de sa pointe avaient séduit par leur panache. Sans renoncer au burlesque, ni à une naïveté retouchée d’ironie et de férocité, La Libellule de ses huit ans, son troisième roman, possède une tonalité plus tragique. Loufoques et tendres, ses estafilades touchent le cœur. Dans ce récit d’un piège doré tendu à une jeune fille désarçonnée, Fio Régale, une pensive princesse d’aujourd’hui incapable de « croire aux parapluies » sous l’averse, les volutes ont acquis une épaisseur dramatique. Et l’épée, la virulence de l’estocade. « Dans La Libellule de ses huit ans, l’ironie est davantage en demi-teinte, reconnaît Martin Page. C’est sans doute une question de maturité ! »
Né en février 1975 à Paris, ce fils d’une institutrice, vite devenu plaisancier de l’Éducation nationale, affecta durant quelques années d’adhérer à l’avenir promis par de distrayantes études d’ethnologie. Il rendit quelques copies sérieuses, accomplit de brefs séjours d’études en URSS -dans un camp des jeunesses communistes ou comme membre d’une équipe universitaire chargée de répertorier la faune de la forêt de Kaluga !-, devint durant cinq ans surveillant d’externat en LEP et collège, maître d’internat en lycée… Bref, il s’essaya à l’autobiographie enlevée. Mais jamais il ne marchanda son goût pour la confiture d’oranges, le théâtre élisabéthain et ses secrètes ambitions : se couler dans une « vie désespérément tranquille », négociée dans la dégustation de thé et l’écriture. Une inclination découverte dès l’enfance. « Lorsque j’avais une dizaine d’années, j’ai lu un récit, Le Faiseur de pluie je crois, qui racontait l’histoire d’un charlatan qui se vantait de pouvoir faire tomber la pluie grâce à une machine farfelue. Ce livre m’a émerveillé. J’ai toujours souhaité participer à cette magie des mots ».
Quand elle lui fut enfin accordée en janvier 2001, lors de la publication de Comment je suis devenu stupide, cette quiétude fut vite assaillie. Le thé refroidissait la tasse, devant des journalistes échauffés par ce succès vite infusé et intrigués par la dégaine de Martin Page, ce Woody Allen de Paname qu’un coup de téléphone des éditions Le Dilettante, en octobre 2000, avait enfin récompensé de sa ténacité. Réédité l’été dernier chez J’ai lu, vendu aujourd’hui à 25 000 exemplaires, Stupide est traduit en dix-neuf langues -dont récemment en russe et en japonais. Et des adaptations cinématographiques ne sont pas exclues. « Les Canadiens de Cinémaginaire International, qui ont notamment produit des films de Denys Arcand, ont acheté les droits non-exclusifs cinématographiques, explique Martin Page. Je souhaite...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°43
6,00 €
LMDA PDF n°43
4,00 €