La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Mathieu Riboulet

Mathieu Riboulet
Mathieu Riboulet
Mathieu Riboulet

A propos

Architecte du verbe Nourri à l’encre d’une bibliothèque de parents éclairés, amoureux des salles obscures et de ce qui s’y joue, Mathieu Riboulet n’aura eu de cesse de fréquenter la littérature. Jusqu’à laisser l’écriture s’emparer de lui et l’engager sur la célébration, tout à la fois, d’une langue et d’un pays. Au début était le verbe : c’est d’abord par son style que Mathieu Riboulet impose sa voix. Une écriture propre à renvoyer certains romans de l’automne au néant d’où les plateaux de télévision n’auraient pas dû les sortir. Son nouveau livre, L’Amant des morts pousse l’algèbre des phrases jusqu’à ce point d’incandescence où naissent les diamants bruts. Le verbe de cet écrivain nous saisit donc, et ce, depuis son premier livre, Un sentiment océanique, paru il y a douze ans. Ensuite, était la terre. Une terre que les lettres françaises ne cessent d’ensemencer elle qui ne l’est plus guère par...
octobre 2008
Le Matricule des Anges n°97

Ecce homo

On est d’abord dans quelque chose de brutal, un incipit jeté au lecteur pour le dissuader de poursuivre s’il n’aime ni la terre sombre des ancêtres, ni la sueur animale des corps, et moins encore le sexe et l’inceste homosexuel vécus comme un abandon. Dans la phrase qui ouvre le livre, « Le père, de temps à autre, couchait avec le fils », la violence vient de la nuance : « de temps à...
octobre 2008
Le Matricule des Anges n°97

Dialogue avec les morts

Arpenteur d’un territoire et de thèmes récurrents, Mathieu Riboulet pousse son esthétique littéraire jusqu’au point qu’elle éclaire la part sombre du temps. Sans pathos mais dans la jouissance d’une langue sublime. Nous sommes entourés par les livres des parents de notre hôte. Une télévision, près du mur, rassemble autour d’elle des dizaines de DVD posés, pour la plupart, sur le sol. La pièce respire une forme de sérénité à quoi dehors les arbres de la forêt font écho. Dans la manière avec laquelle il répond à nos questions, Mathieu Riboulet semble nous accompagner dans l’antichambre de son écriture....
octobre 2008
Le Matricule des Anges n°97

Ouvrages chroniqués

Les Portes de Thèbes : Eclats de l’année 2015
de Mathieu Riboulet
2020
Mathieu Riboulet nous a quittés le 5 février 2018. Fidèles à celui qu’elles ont longtemps accompagné, les éditions Verdier publient aujourd’hui ces pages posthumes ainsi qu’un recueil de courts essais et hommages amicalement nommé Compagnies de Mathieu Riboulet. Se recompose alors le paysage – les thèmes et leur entrelacement – de cette œuvre et, surtout, résonne de nouveau sa voix. Ces « éclats de l’année deux mille quinze », comme l’indique le sous-titre, sont, en vérité, des éclats de voix, entre le chant intime et la profération presque oraculaire, pour ne pas dire testamentaire....
Thierry Cecille
mars 2020
Le Matricule des Anges n°211
Entre les deux il n’y a rien
de Mathieu Riboulet
2015
En un récit autobiographique lucide mais dénué de rancœur aussi bien que de larmoyante nostalgie, Mathieu Riboulet raconte sa jeunesse : quand l’apprentissage de la révolte fait écho à la revendication du désir. Sous le règne sarkozyste, des voix martiales ou indignées reprenaient l’antienne déjà ancienne : si la France était en péril, au bord du gouffre, c’était la faute, non pas de Rousseau et Voltaire, mais de Cohn-Bendit et consorts. La Pensée 68, essai sur l’anti-humanisme européen (notons la modestie du sous-titre) de Luc Ferry et Alain Renaut datait pourtant déjà – de 1985 ! Mais l’accusation, régulièrement, revenait : 68 et ses séquelles auraient fait le lit, aussi bien, de l’individualisme le plus amoral comme de l’ultralibéralisme le plus égoïste. Et ceux qui avaient joué les premiers...
Thierry Cecille
septembre 2015
Le Matricule des Anges n°166
Lisières du corps
de Mathieu Riboulet
2015
En un récit autobiographique lucide mais dénué de rancœur aussi bien que de larmoyante nostalgie, Mathieu Riboulet raconte sa jeunesse : quand l’apprentissage de la révolte fait écho à la revendication du désir. Sous le règne sarkozyste, des voix martiales ou indignées reprenaient l’antienne déjà ancienne : si la France était en péril, au bord du gouffre, c’était la faute, non pas de Rousseau et Voltaire, mais de Cohn-Bendit et consorts. La Pensée 68, essai sur l’anti-humanisme européen (notons la modestie du sous-titre) de Luc Ferry et Alain Renaut datait pourtant déjà – de 1985 ! Mais l’accusation, régulièrement, revenait : 68 et ses séquelles auraient fait le lit, aussi bien, de l’individualisme le plus amoral comme de l’ultralibéralisme le plus égoïste. Et ceux qui avaient joué les premiers...
Thierry Cecille
septembre 2015
Le Matricule des Anges n°166
Deux larmes dans un peu d’eau
de Mathieu Riboulet
2006
Malgré ce que laissait présager son titre, Deux larmes dans un peu d’eau évite l’écueil du mélodrame. D’autant que et Riboulet n’y est pour rien les romans sur ce thème sont légion depuis quelques mois, laissant apparaître une tendance au deuil pas forcément gageure de qualité. Pourtant, le récit mené par Paul se veut différent, à l’image de l’œuvre d’Anna Maria Ortese dans laquelle il trouve un exutoire au faix des obsèques paternelles et de la rencontre avec Mlle Gunersson. Cette dernière, Paul l’avait oubliée. Il avait cherché à effacer de sa mémoire la chute accidentelle de sa sœur...
Benoît Legemble
novembre 2006
Le Matricule des Anges n°78