La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Maurice Blanchot

A propos

Écrire la rupture A lire ou à relire, les écrits politiques de Maurice Blanchot au sortir de la guerre, incarnent la nécessité agissante du refus là où le temps de l’Histoire se brise, rompt. Ces « écrits politiques », sans doute avait-on déjà pu les lire - pour la plupart - à la faveur de l’heureuse initiative éditoriale de Michel Surya, directeur de la collection Lignes aux éditions Léo Scheer. C’était en 2003, soit l’année même de la mort de l’écrivain, dans un livre portant le même titre et aujourd’hui épuisé. Reste qu’en cette année de commémoration de mai 68 (Blanchot en fit l’un de ses combats majeurs), le geste d’Éric Hoppenot est bienvenu, nous redonnant l’occasion de relire ces textes et/ou de découvrir quelques inédits tous tirés de revues, quotidiens, lettres,...
juillet 2008
Le Matricule des Anges n°95

Ouvrages chroniqués

Chroniques littéraires du Journal des débats
de Maurice Blanchot
2008
En trois ans, Maurice Blanchot a réalisé une radiographie littéraire des années de Guerre. Avec un sens consommé de la nuance. En 1941, lorsque Maurice Blanchot (1907-2003) entreprend de collaborer au Journal des débats, replié à Clermont-Ferrand et placé sous la férule financière de Vichy, il n’est encore l’auteur que d’un seul roman : Thomas l’Obscur (Aminadab paraîtra l’année suivante). Quatre ans plus tard, 173 articles de critique littéraire auront jailli de sa plume, une somme que le lecteur découvrira ici amputée des 55 textes que Gallimard avait regroupés dans le volume Faux pas en 1943. Comme Blanchot le remarque dans ses premières chroniques, l’époque souffrait d’une contrition artistique. En période...
Didier Garcia
novembre 2007
Le Matricule des Anges n°88
Écrits politiques 1958-1993
de Maurice Blanchot
2003
Quittant le retrait et le silence où l’œuvre s’élabore, Maurice Blanchot, en témoin alerté, sut toujours affronter son temps. Les écrits engagés d’un "écrivain non politique". En février 2003, Blanchot décède -c’est l’arrêt de mort, la mort, longtemps pensée, ainsi accueillie et tenue à distance, a rendu son arrêt. Il nous reste à le lire. Ses récits, ses textes critiques et théoriques sont un foyer central -obscur et cependant révélateur, soleil noir fascinant- du défunt XXe siècle. Mais il écrivit aussi, contemporain lucide, sur l’événement. Avant qu’il devienne cendres (mais « les paroles des Sages sont comme de la cendre ardente » - Talmud, traité Avoth), son ami Derrida discourt : « de tous ses engagements extrêmes, ceux d’avant la guerre, je ne les...
Thierry Cecille
juillet 2003
Le Matricule des Anges n°45