La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Michaël Ferrier

Ouvrages chroniqués

Sympathie pour le fantôme
de Michaël Ferrier
2010
Un détour par le Japon et des spectres d’outre-mer pour ramener le pluriel dans la langue et les mémoires de ce qui fait la France. Avec une grand-mère indienne, un grand-père mauricien, une enfance en Afrique et dans l’océan Indien, il n’est pas étonnant de voir Michaël Ferrier répondre, singulièrement, à la question de savoir ce qui fait l’identité de la France. Dans l’esprit de la structure en mosaïque qui présidait déjà à l’écriture de Tokyo, petits portraits de l’aube (2004), il opte ici pour une certaine métaphysique de la vérité, mêlant le carnet intime à l’essai, la divagation à la conviction. À l’image de ce soir de décembre 1999 où une terrible tempête balaya la France, soir où il prit la décision...
novembre 2010
Le Matricule des Anges n°118
Tokyo, petits portraits de l’aube
de Michaël Ferrier
2004
On ne sait jamais exactement quand les gens basculent d’un côté ou de l’autre de la vie, c’est une somme de petits riens qui vous entraînent, calamités imperceptibles, désastres indistincts. Mais elle, je crois bien que c’est le Japon qui l’a rendue folle. « Elle, c’est l’une des figures de Tokyo, une de celles qui se rencontrent dans les mille lieux plus ou moins souterrains de la ville, lors d’un parcours ivre entre aube et crépuscule, à mi-chemin de la fuite et de la promenade. Où l’on découvre Tokyo au détour de ses bars, dans l’ombre floue des bouteilles de saké, en gravissant un à...
Camille Decisier
janvier 2005
Le Matricule des Anges n°59