La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Michaël Glück

A propos

L'écriture à bouche décousue Cinq recueils de poèmes, deux pièces de théâtre, publiés ou jouées cette année 2000. Michaël Glück fait entendre une écriture grave pour clamer l’effroi d’un siècle, l’effroi des temps. De la musique de son écriture, il dit que c’est celle d’une basse. Une basse continue, tendue. Un violoncelle, peut-être baroque, peut-être de Bach et que c’est au lecteur à inventer les mélodies. Il affirme être un rêveur, mais un rêveur inquiet, un rêveur errant. On l’imagine, effaré, au milieu de décombres d’une ville en guerre perpétuelle. Éternel survivant, éternel exilé, éternel témoin qui rend aux mots l’essence des drames anciens, présents et à venir. Au bord du gouffre, il chante une dépossession certaine, l’origine de toutes les tragédies, mais aussi l’émergence de quelques...
janvier 2001
Le Matricule des Anges n°33

Ouvrage chroniqué

Comédies enfantines
de Michaël Glück
Ces Comédies enfantines portent en sous-titre Territoires de la guerre, 1. Trois textes Marelles, Sols et Trafics pour basculer du jeu au cauchemar. Le lecteur a l’impression que tous les personnages jouent à faire « encore plus semblant » qu’habituellement au théâtre. La plupart ne savent même pas s’ils sont vivants ou morts. Sans véritable nom, ces figures ont la langue tronquée, avalée : « Quand j’a pu les mots là qui tournoient dans ma bouche, c’est comme si j’avons pu l’ossigène, a v’là qua chuffoque, fait… comme si j’allons mourir. » Le jeu devient de plus en plus cruel, les règles...
Laurence Cazaux
avril 2001
Le Matricule des Anges n°34