La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Michel Layaz

A propos

Les lanternes de l'idiotie De l’émotion vive à l’ironie douce-amère, l’athlétique Michel Layaz façonne une œuvre qu’innervent coups de gueule et distorsions langagières. Cher Boniface, conte satirique et drolatique, catapulte ces déraillements roboratifs. Boniface Bé jouit de petites manies comme un dieu grec s’enorgueillit de son épithète homérique. À mille lieues des automatismes ludiques du monde dit civilisé - scoubidou, yo-yo et autres joujous transitionnels -, l’antihéros de Michel Layaz mâche de l’ail et se prélasse dans des bains exhalant des senteurs d’edelweiss. Fermement décidé à ne pas s’extirper du giron maternel, fort de l’adage de Sénèque selon lequel « la foule est le critère du pire », Boniface s’obstine à fuir la horde des « accaparés des pires futilités ». En dépit des encouragements de Cécilia, mère-cuisinière lubrique,...
février 2009
Le Matricule des Anges n°100

Ouvrages chroniqués

Louis Soutter, probablement
de Michel Layaz
2016
En faisant revivre Louis Soutter, ce dandy famélique amoureux de son violon, Michel Layaz dresse le portrait d’un artiste maudit. Toujours à la merci d’une réalité qui le dépassait, Louis Soutter (1871-1942) aura vécu comme absent de sa vie. Une interminable saison en enfer à laquelle il aura fait face en déployant les figures d’une œuvre dont l’enjeu est la vie même, ce qui ne cesse de susciter l’intérêt – voir le récit rêvé de Sereine Berlottier (Louis sous la lune, Argol, 2015) ou le roman de Jean Billeter, Dans la chambre du pornographe, (Jacqueline Chambon, 2004). Aujourd’hui, c’est Michel Layaz – l’un des meilleurs auteurs romands contemporains – qui nous propose sa traversée de la vie d’un des artistes les...
Richard Blin
septembre 2016
Le Matricule des Anges n°176
La Joyeuse complainte de l’idiot
de Michel Layaz
2004
En vingt-quatre chapitres Michel Layaz propose la visite guidée d’une grande maison où l’on vient s’abriter des frimas du monde extérieur. Le récit de Michel Layaz se déroule entièrement dans les murs d’une institution qui accueille des garçons qu’on qualifiera, pour simplifier, d’inadaptés au monde tel qu’il est. Le cadre d’un internat, ce monde clos sur lui-même, offre à l’écrivain un laboratoire idéal pour observer les comportements humains, que ce soit ceux des pensionnaires, ou des membres de l’encadrement. On pense à Modiano, à Walser et à d’autres encore… Comme ce dernier, Michel Layaz est suisse. II est né à Fribourg en 1963 et La Joyeuse Complainte de l’idiot est son sixième roman. Les portraits en situation des...
Jean Laurenti
juin 2004
Le Matricule des Anges n°54