La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Fous du logis

juin 2004 | Le Matricule des Anges n°54 | par Jean Laurenti

En vingt-quatre chapitres Michel Layaz propose la visite guidée d’une grande maison où l’on vient s’abriter des frimas du monde extérieur.

La Joyeuse complainte de l’idiot

Le récit de Michel Layaz se déroule entièrement dans les murs d’une institution qui accueille des garçons qu’on qualifiera, pour simplifier, d’inadaptés au monde tel qu’il est. Le cadre d’un internat, ce monde clos sur lui-même, offre à l’écrivain un laboratoire idéal pour observer les comportements humains, que ce soit ceux des pensionnaires, ou des membres de l’encadrement. On pense à Modiano, à Walser et à d’autres encore… Comme ce dernier, Michel Layaz est suisse. II est né à Fribourg en 1963 et La Joyeuse Complainte de l’idiot est son sixième roman. Les portraits en situation des protagonistes occupent une grande partie des vingt-quatre chapitres narrés à la première personne par l’un des pensionnaires. De ses camarades on ne connaîtra que David, qui chaque matin guette le premier levé pour lui infliger ses « éruptions verbales », « impétuosités langagières », « théories interminables » et Raphaël, un garçon qui pour entrer en contact avec les êtres et les choses, commence par les lécher, procédant ainsi à une « inspection » rituelle de son environnement. On imagine ce que serait sa vie à l’extérieur…
La présidente-directrice générale, Madame Vivianne, patronne despotique et bienveillante, a instauré des règles de vie qui permettent à la singularité de chacun de s’épanouir sans heurt. Elle ne cherche pas à guérir ses protégés, mais à faire émerger les « splendeurs enfouies sous des couches de désarroi, de tourments, de méchancetés, de désespoir, d’obstination, d’errances (…) autant de dérives qui ne sauraient effacer la bonne pâte qui existe derrière tout cela. » Nous voilà dans une charmante utopie libertaire, d’ailleurs assumée comme telle : les méthodes employées feraient hurler les spécialistes patentés de l’adolescence. C’est que La Joyeuse Complainte n’est pas un traité d’éducation, mais une fable qui met en scène des êtres décalés mais constituant une famille soudée, et au passage livre une critique acerbe des valeurs qui ont court dans le monde dit « normal ». Lorsque l’héritier du propriétaire décide de vendre La Demeure et donc d’en chasser la communauté, celle-ci cherche activement une issue. Comment se procurer les deux millions demandés ? Mademoiselle Josette, la réceptionniste, et Docteur Félix, le médecin au génie torturé, vont trouver la solution : les larmes des jeunes gens contenant un puissant antalgique, il suffit d’en collecter suffisamment, de vendre le brevet à « une firme pharmaceutique suisse » pour recueillir cette somme.
Le récit de Michel Layaz alterne passages satiriques (la visite d’un journaliste dans le vent, d’une suffisance caricaturale, d’une médiocrité sidérante, les propos indigents d’étudiants en commerce et finances), moments de grande sensualité (lorsque l’opulente Madame Vivianne offre la caresse de ses seins au pensionnaire narrateur, avant de lui transmettre le flambeau de La Demeure), portraits des protagonistes d’une empathie parfois naïve (Monsieur Alberto et ses chiffons puants, Professeur Karl et son humanisme rugueux et bienveillant, Monsieur Guillaume et ses affabulations envoûtantes…). Variété qu’on retrouve dans l’écriture de Michel Layaz, irisée par les jeux avec le langage : la passion lexicographique du narrateur, son goût pour les termes rares, les alliances de sonorités donnent à l’ensemble de délicates touches de fantaisie. On aurait aimé que l’auteur aille un peu plus loin dans cette direction, et aussi qu’il élargisse le champ dans lequel évoluent ses personnages afin de donner un peu plus d’épaisseur à chacun.
Il reste que cette Joyeuse complainte confirme l’originalité d’un écrivain qui porte sur le monde et les êtres un regard aigu et sensible à la fois.

La Joyeuse Complainte de l’idiot
Michel Layaz
Éditions Zoé, 156 pages, 16

Fous du logis Par Jean Laurenti
Le Matricule des Anges n°54 , juin 2004.
LMDA PDF n°54
4,00 €