La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Michel Quint

Ouvrages chroniqués

Aimer à peine
de Michel Quint
2002
En 1972, le narrateur, diplômé de Sciences-Po, doit rédiger un mémoire sur l’implication du milieu sportif dans le national-socialisme. Il s’éprend d’une fougueuse allemande, elle lui révèle rapido être fille de S.S., prétend faire partie de la bande à Baader, il l’accompagne aux J.O. de Munich, las ! elle y est abattue par méprise sous le pavillon israélien. Tout ça à un rythme d’enfer, et pour en arriver à une ahurissante conclusion : ce sont « les enfants des feddayins capturés à Fürstenfeldbrück, les disciples d’Abou Daoud relâchés six semaines après la tragédie de Munich »...
Gilles Magniont
mars 2002
Le Matricule des Anges n°38
Effroyables jardins
de Michel Quint
Effroyables Jardins se livre comme une poignante confession, dédiée au père et au grand-père de l’auteur, liés de près aux deux guerres mondiales. Michel Quint, auteur de romans noirs (Grand prix de la littérature policière en 1989), abandonne son territoire un court moment pour aller vers le récit intime. Ici, un oncle prend la place du père muet et relate à l’enfant ce que la guerre leur a fait subir. Bouleversant, le texte tire sa force d’une langue toujours simple et charnue, sur la brèche, coincée entre le rire et les larmes : « Aussi loin que je puisse retourner, aux époques où je...
Benoît Broyart
janvier 2001
Le Matricule des Anges n°33