La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
ZA Loup à Loup 83570 Cotignac
tel ‭04 94 80 99 64‬
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Milène Tournier

Ouvrages chroniqués

Cent portraits vagues
de Milène Tournier
2024
Des vies vécues
Guillaume Contré
juin 2024
Le Matricule des Anges n°254
Article non disponible
Je t’aime comme
de Milène Tournier
2021
En revenant à la plus directe des sources du lyrisme, Milène Tournier tente de retrouver la beauté dans la cité. Épouser le “tout ordinaire” des lieux des villes », c’est ainsi que Milène Tournier présente cette curieuse entreprise poétique qui vise à redonner un souffle lyrique à nos cités saturées de signes, « inépuisables », pas toujours tendres et parfois même hostiles. Nos cités capitalistes, qui par moments semblent nous refuser toute place émancipatrice, et dans lesquelles il faut malgré tout se mouvoir, vivre, s’emporter, sentir. Pour ce faire, elle choisit une méthode à la simplicité aussi désarmante que singulièrement efficace : regarder la ville contemporaine, ce qui la compose, les lieux...
Guillaume Contré
novembre 2021
Le Matricule des Anges n°228
Et puis le roulis
de Milène Tournier
2018
Milène Tournier a écrit un texte marin. Un texte qu’elle décline en trois parties : « à marée basse, à marée haute, le roulis ». Au début, dans la queue devant une boulangerie, le fils, Jacques, demande à sa mère : « Est-ce que moi aussi un jour je vais mourir ? » Et la réponse de la mère scandalise les témoins : « Jacques. Non. Tu ne mourras pas. Jamais. ». Ce faisant, la mère crée le monstre et indigne les autres parents. À la fin, la doyenne arrive par la mer, une bouée autour d’elle. On comprend qu’elle a gardé Jacques petit, et que maintenant elle attend de mourir. Elle porte un...
Patrick Gay Bellile
mars 2019
Le Matricule des Anges n°201