La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre Le va-et-vient d’une vie

mars 2019 | Le Matricule des Anges n°201 | par Patrick Gay Bellile

Milène Tournier a écrit un texte marin. Un texte qu’elle décline en trois parties : « à marée basse, à marée haute, le roulis ». Au début, dans la queue devant une boulangerie, le fils, Jacques, demande à sa mère : « Est-ce que moi aussi un jour je vais mourir ? » Et la réponse de la mère scandalise les témoins : « Jacques. Non. Tu ne mourras pas. Jamais. ». Ce faisant, la mère crée le monstre et indigne les autres parents. À la fin, la doyenne arrive par la mer, une bouée autour d’elle. On comprend qu’elle a gardé Jacques petit, et que maintenant elle attend de mourir. Elle porte un regard sur sa vie, en forme de bilan, constate qu’elle n’a pas appris grand-chose et qu’elle n’a pas lu Victor Hugo. Qu’il est déjà temps de céder la place et que ce n’est pas facile : « Moi j’ai rien que la peur d’une toute humaine, la bête peur de mourir demain. » Entre les deux, l’auteure ouvre pour nous des petites fenêtres, des hublots, d’où l’on voit vivre la famille du monstre. Jacques, ce fils étrange qui a des mouettes plein la tête, se demande si l’escalier ne joue pas à être un escalier plutôt que d’être un escalier vraiment. La mère évoque la naissance de son fils et sa rencontre avec son mari : « Mon mari trouvé comme on tombe par hasard sur un concert gratuit. » Le père raconte le temps passé dans son fourgon et ce fils « qui n’est pas le produit de notre amour (…) mais le produit de notre époque  ». Comme les vagues sur la plage, les sujets se succèdent, se prolongent ou s’effacent de manière ininterrompue. Et construisent le rapport au monde de ces trois personnages, étonnés, surpris, découvrant le monde et sa beauté, son étrangeté aussi.
L’écriture de Milène Tournier, luxuriante, se déploie comme une vague s’écrasant sur le sable, et n’en finit pas d’avancer ; vague après vague, elle recrée le mouvement incessant de la mer. La parole déferle en longues phrases. C’est une écriture poétique, sensible, qui va d’une chose à l’autre, d’une question à l’autre, d’une réponse à l’autre. Et qui met en scène un chœur, « un chœur monstrueux », très présent, sorte d’équipage de ce vaisseau qui roule sans fin et nous déroule l’étrangeté d’une vie. PGB

Et puis le roulis, de Milène Tournier
Théâtrales, 48 pages, 8

Le va-et-vient d’une vie Par Patrick Gay Bellile
Le Matricule des Anges n°201 , mars 2019.
LMDA papier n°201
6.50 €
LMDA PDF n°201
4.00 €