La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Natalia Ginzburg

Ouvrages chroniqués

Tous nos hiers
de Natalia Ginzburg
2019
Dans Tous nos hiers, la romancière italienne Natalia Ginzburg (1916-1991) évoque des jeunesses sacrifiées, sur fond de fascisme et de guerre. Ils s’appellent Anna, Giustino, Concettina, Ippolito, Giuma, Emmanuele, Amalia, Danilo… À cette liste, on pourrait ajouter les prénoms de celles et ceux qui n’apparaissent pas dans ce roman mais qui, comme eux, ont perdu leur adolescence dans la Seconde Guerre mondiale, en Italie et ailleurs, de la même manière que leurs propres parents avaient laissé la leur au cours du premier conflit mondial. Dans ce roman qui se déroule du milieu des années 1930 à la fin de la guerre et qui a pour cadre l’Italie mussolinienne, nous allons suivre le destin de deux familles qui vivent en face...
Didier Garcia
novembre 2021
Le Matricule des Anges n°228
Les Petites Vertus
de Natalia Ginzburg
2018
Écrites entre 1943 et 1962, les onze proses de Natalia Ginzburg condensent, avec une simplicité déconcertante, les moments emblématiques d’une vie. Lorsqu’on écrit une histoire, on doit se jeter dedans avec tout ce que l’on possède et que l’on a vu de meilleur, tout ce que l’on a recueilli de meilleur dans sa vie. Les détails se consument et s’usent, à les porter avec soi pendant longtemps sans s’en servir » (« Mon métier »). Il y a quelque chose d’une urgence dans les textes de Natalia Ginzburg. Il y a dans son écriture, quelque chose de l’ordre de la nécessité ; celle de témoigner, non pas pour démontrer mais pour le plaisir et l’exigence de comprendre, quitte à révéler peu à peu les contradictions d’une existence. De Natalia...
Christine Plantec
mai 2018
Le Matricule des Anges n°193