La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Nicolas Pesquès

A propos

L'écart à bout portant Louis-René des Forêts et Bernard Noël furent les premiers lecteurs attentifs des livres de Nicolas Pesquès. Rencontre avec un poète d’une extrême rigueur… Le regard enfoncé, les arcades saillantes, le visage étroit, effilé, répondant aux questions après un moment de silence, pesant ses mots et essayant d’y faire entrer l’expérience qu’il a de la poésie, c’est à Montrouge, dans un carré de jardin, que Nicolas Pesquès a parlé de son attachement à la colline de Juliau (Ardèche), de son admiration pour Jacques Dupin (Cf. Balises pour J. Dupin, Fourbis, 1994), André du Bouchet, Gilles Aillaud, Dominique Fourcade ou Spinoza, le tout jusqu’à la nuit en sirotant un fameux Pouilly fumé ! Suivre le trajet de ce styliste, de Incarnation le simple (éd....
septembre 1995
Le Matricule des Anges n°13

Ouvrages chroniqués

La Face Nord de Juliau
de Nicolas Pesquès
1997
Depuis plus de trente ans, Nicolas Pesquès travaille sur le motif d’une colline, la face nord de Juliau, dressant là une grammaire sensible de son existence. Que ce soit dans cette nouvelle Face nord de Juliau, la sept, ou les précédentes, Nicolas Pesquès se retrouve, à chaque fois, devant le motif insu de ce qu’elle place sous ses yeux. Et de la connaissance qu’il en a malgré tout, il glisse toujours vers la pugnacité d’un dire comme revenu à son origine. Effondré devant ses ravines, «  je compte jusqu’à un, puis la colline, puis la submersion ». Décrire ainsi ce lieu du pays ardéchois, face auquel, depuis l’enfance, il a pu se lever, n’a de sens en cela qu’il ne cesse de se soustraire à toute emprise, à toute velléité conceptuelle ou...
Emmanuel Laugier
juin 2010
Le Matricule des Anges n°114
La Face nord de Juliau, six
de Nicolas Pesquès
2008
Depuis près de trente ans, Nicolas Pesquès scrute la face nord de Juliau, colline ardéchoise, donnant à l’espace où elle s’étend la syntaxe endurante d’une langue qu’elle n’a pas. Le mont Juliau, Nicolas Pesquès l’a devant les yeux depuis ses 25 ans. Il s’étend devant la maison familiale avec une douceur que ses flancs ras lovent comme une peau de bête. La légende qui veut que César ait rassemblé ses troupes à ses pieds avant de conquérir la Gaule est bien loin. La colline ardéchoise a changé, le désir d’écriture s’est imposé lui aussi avec ces changements, en concomitance avec la lumière qui assombrit ses pentes, ou les surexpose d’un jaune maïs à la matité dure. Juliau ne sera jamais pourtant objet d’éloge, plutôt le lieu hors de tout lieu qui impose un rapport...
Emmanuel Laugier
juillet 2008
Le Matricule des Anges n°95
La Face nord de Juliau, cinq
de Nicolas Pesquès
2008
Depuis près de trente ans, Nicolas Pesquès scrute la face nord de Juliau, colline ardéchoise, donnant à l’espace où elle s’étend la syntaxe endurante d’une langue qu’elle n’a pas. Le mont Juliau, Nicolas Pesquès l’a devant les yeux depuis ses 25 ans. Il s’étend devant la maison familiale avec une douceur que ses flancs ras lovent comme une peau de bête. La légende qui veut que César ait rassemblé ses troupes à ses pieds avant de conquérir la Gaule est bien loin. La colline ardéchoise a changé, le désir d’écriture s’est imposé lui aussi avec ces changements, en concomitance avec la lumière qui assombrit ses pentes, ou les surexpose d’un jaune maïs à la matité dure. Juliau ne sera jamais pourtant objet d’éloge, plutôt le lieu hors de tout lieu qui impose un rapport...
Emmanuel Laugier
juillet 2008
Le Matricule des Anges n°95
Gilles Aillaud
de Nicolas Pesquès
L’ouvrage du poète Nicolas Pesquès sur la peinture de Gilles Aillaud est plus qu’un essai descriptif : c’est un livre qui donne figure, de part en part. Pour ceux qui n’auraient jamais vu une peinture de Gilles Aillaud, il est aussi facile qu’embarrassant d’en faire sentir l’atmosphère : voici un espace, au cadrage presque photographique, dans lequel un bout de zoo apparaît. On n’y repère dans un coin, mais après un temps l’avoir cru vidé de ses occupants, un singe sur un pneu, ou, au ras d’une eau trouble, le nez massif, orné de deux petites percées noires, d’un hippopotame. Ailleurs, ce sera une cage et sa fosse creuse, le carrelage émaillé de son bassin, la trace d’une flaque d’eau, un tuyau vert en oblique qui la coupe en deux....
Emmanuel Laugier
septembre 2001
Le Matricule des Anges n°36
La Face Nord de Juliau
de Nicolas Pesquès
1997
Depuis presque vingt ans, Nicolas Pesquès poursuit, à travers vers et proses, le tressage infini d’un motif : Juliau, colline ardéchoise, face nord. Tout commence donc par une colline, Juliau, massif ardéchois, et par la tâche de s’y tenir. Non pas que Nicolas Pesquès ait décidé de réduire cette montagne, là, en face, au choix de son propre désir, ni même qu’elle ait été simplement élue, ou érigée, mais plutôt, comme il l’écrivait dans le premier volume de La Face nord de Juliau : « Face à l’inconnu, à ce qui toujours résiste et reste à dire, le désir vient du harcèlement et de l’obstination… du retour entêté, d’assaut en assaut, vers cela : l’inépuisable (…) ». Point axial, inachevable, par lequel passent le temps et l’espace, Juliau...
Emmanuel Laugier
septembre 2000
Le Matricule des Anges n°32
Trois Poèmes, 1. No where, 2. bouquet, 3. Histégé
de Nicolas Pesquès
Extrait Trois Poèmes, 1. No w here, 2. Bouquet, 3. Histège - Nicolas Pesquès " chaque chose en poésie doit être extraordinairement précise disparue par netteté par fouet d’une clarté rompue : la toute gommée ivre de nerf sans compter la terrible déception contradictoirede la traversée des choses… comme un dont le sourire idiot calcule le paysage en le mangeant. p. 25 Editions du Limon
septembre 1995
Le Matricule des Anges n°13