La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Norman Manea

Ouvrages chroniqués

La Tanière
de Norman Manea
2011
Autour d’un professeur exilé, les protagonistes menaçants de la mémoire roumaine resurgissent sous la plume de Norman Manea. Echappée à deux totalitarismes successifs, nazisme et communisme, la Roumanie penserait-elle renouer avec de vieux démons ? En ce sens Norman Manea est un témoin intérieur et une conscience de l’histoire de son pays. Né en 1936, jeune juif, il est déporté. Il est ingénieur puis écrivain, lorsque la censure roumaine s’attaque violemment, en 1986, à L’Enveloppe noire. Il est alors contraint de quitter le pays pour Berlin, puis New York (qu’il appelle ici « le Dada des exilés ») où il enseigne la littérature européenne. Il reste source de controverses en Roumanie de par sa critique de...
Thierry Guinhut
avril 2011
Le Matricule des Anges n°122
Le Retour du hooligan
de Norman Manea
2006
Exilé depuis vingt ans aux États-Unis, Norman Manea se plie à l’exercice autobiographique après un voyage de retour en Roumanie. Indissociable de l’histoire personnelle, le destin de tout un pays. Lorsque le narrateur ouvre les yeux en ce printemps 1997, il se trouve au Paradis. La rue est animée, les enseignes clignotent. Mais une sirène retentissant au loin suffit à faire resurgir l’image de l’Enfer, jusque dans cet Autre Monde où il a trouvé refuge. L’ironique Paradis de Norman Manea, c’est les États-Unis, où il s’est exilé en 1986, fuyant le régime communiste d’une Roumanie où il était devenu indésirable. Après plus de dix ans, l’écrivain se prépare à retourner dans son pays. Il emporte avec lui un carnet dans lequel consigner ses pensées, ses discussions, quelques phrases...
Lise Beninca
septembre 2006
Le Matricule des Anges n°76