La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Norman Rush

A propos

Tout vient des femmes Si l’avenir de l’Afrique passe par la femme, pilier de son développement, comment concilier projet politique et guerre des sexes ? Un regard époustouflant de Norman Rush sur les enjeux du pouvoir dans un premier roman tardif à nous parvenir. L’Afrique n’en finit pas d’être ce « miroir du monde » tel que le décrivait l’économiste philosophe français Philippe Engelhard en 19981, un continent où l’espérance de vie, après avoir bondi de trente ans entre 1960 et 1990, a reculé en moyenne de plus de dix ans pour l’ensemble des populations habitant la zone sub-saharienne, où 76 % des personnes qui vivent avec le HIV sont des femmes âgées de plus de 15 ans2 et qui se vide et s’épuise. Siège des affrontements entre capitalisme et socialisme jusqu’à récemment, casse-tête économique et politique endémique, naufrage humanitaire,...
octobre 2006
Le Matricule des Anges n°77

Ouvrage chroniqué

De simples mortels
de Norman Rush
2007
Le deuxième roman de Norman Rush nous ramène au Botswana. Dix ans après avoir été le théâtre sanglant des grandes puissances, l’Afrique à son tournant postcommuniste se cherche une voie. Depuis que Boyle a remplacé Marion à la tête du contre-espionnage américain au Botswana, plus rien ne va pour Ray Finch, agent sous couverture d’enseignant d’anglais au collège St James à Gaborone. Son flair est remis en cause, ses « Profils de vies », les fiches si appréciées de Washington - et dans lesquels il pouvait assouvir sa vocation tronquée d’écrivain sous le haut et discret patronage de Milton - remisées au profit de vagues comptes rendus enregistrés sur cassettes, et sa femme Iris, le miroir de ses humeurs, l’épicentre de son existence, commence à manifester des signes...
Lucie Clair
octobre 2007
Le Matricule des Anges n°87