La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Olivier Maulin

A propos

Retour vers no future Le troisième roman d’Olivier Maulin est la réécriture d’un texte antérieur aux deux livres précédents. On y suit deux crétins déjantés dans leur traversée hallucinée du Brésil. Avec le rire pour antidote. S’il existait, le Prix de la mauvaise foi romanesque irait au narrateur de Derrière l’horizon avec une mention spéciale pour son acolyte Guillaume. Innommé tout au long de ce road novel, on sait que ce narrateur est français, musicien, suivi de son pote au cerveau anesthésié par la drogue et l’alcool. Il a une compagne comme on a des morpions (Sophie) et s’accommode de Joana, une Brésilienne. Si le sexe lui est un moyen de passer le temps, il n’émarge pas à l’arsenal de la communication, encore moins à la mythologie de l’amour. Coucher avec Sophie ne l’empêche pas de porter sur elle un...
mai 2009
Le Matricule des Anges n°103

Lisbonne mise en trope

Écrit à l’encre ironique et incisive, le premier roman d’Olivier Maulin « En attendant le roi du monde » fait de la mauvaise foi une vertu littéraire. Avec Lisbonne au cœur et le rire aux lèvres. L’expression d’une sorte de méchanceté a parfois quelque chose de réjouissant. Elle peut même provoquer le rire, un rire à la fois un peu honteux et libérateur. Il faut pour cela que la méchanceté soit sans amertume, qu’elle se nourrisse à une évidente mauvaise foi et, surtout, qu’elle masque, tout en montrant qu’elle la masque, une véritable tendresse pour ceux, celle ou celui à...
avril 2006
Le Matricule des Anges n°72