La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Olivier Rolin

A propos

Olivier Rolin : le temps des perdants magnifiques Pour la deuxième année consécutive Olivier Rolin crée l’un des événements de la rentrée littéraire. Avec Port-Soudan, l’écrivain livre son roman le plus émouvant. Loin de la nostalgie des années gauchistes, Port-Soudan illustre le désarroi des derniers utopistes. Entre tristesse et résignation. Pour le grand public, Olivier Rolin s’est fait connaître l’an dernier avec son roman monstre, L’Invention du monde qui relatait quarante-huit heures dans le monde. L’auteur affirmait ainsi son rejet d’une littérature du nombril, cette hypertrophie du moi qui justifiait les moqueries des auteurs anglo-saxons quant à la littérature française. Roman triomphant où la langue génératrice créait le monde en même temps qu’elle le nommait, L’Invention du monde s’érigeait en voie alternative du roman hexagonal. Or, surprise, le peu prolixe Olivier Rolin (un roman tous les quatre ans en moyenne)...
octobre 1994
Le Matricule des Anges n°9

Aujourd’hui, la littérature est une activité de perdant

L’écriture de son quatrième roman a été longue et douloureuse. Olivier Rolin est allé chercher au plus profond d’une déchirure la langue de ce roman. Entre confession et rigueur littéraire, entre la tristesse et la rage, Port-Soudan est le roman lucide de l’échec. C’est aussi une réussite. « Aujourd’hui, la littérature est une activité de perdant » Pour ces premiers jours de septembre, Paris était à l’image du Paris de Port-Soudan et comme le narrateur de son roman, Olivier Rolin revenait de la Mer Rouge. Notre rendez-vous avait été fixé en début d’après-midi, rue Jacob, dans les bureaux du Seuil son éditeur et son ancien employeur. Ce jour-là, L’Express donnait sous la...
octobre 1994
Le Matricule des Anges n°9

Le rêve d’Aleph

La bibliothèque d’Olivier Rolin c’est son appartement du 6e arrondissement parisien. A croire presque que le plafond repose sur ces rangées de livres qui s’étirent le long des murs de chaque pièce. Dès l’entrée, des romans, posés sur une table, rangés le long d’une bibliothèque constituée de simples planches. La cuisine, sur la droite rappelle que nous ne sommes pas dans une bibliothèque...
octobre 1994
Le Matricule des Anges n°9

Ouvrages chroniqués

Tigre en papier
de Olivier Rolin
2002
Un homme, double romanesque d’Olivier Rolin, raconte à la fille de son meilleur ami ce que furent les années gauchistes. Ils passent une nuit entière à marcher dans Paris, à tourner sur le périphérique. Elle l’écoute avec un sourire dont l’ironie est assassine. Il évoque les blessures des siens, de lui-même surtout. Ils rêvaient d’aube rouge et de héros révolutionnaires, leur génération fit les MacDo et Disneyland. Il se voudrait perdant magnifique, il se sent seulement pitoyable. Les combats des années 60 sont oubliés, rangés au mieux au rayon de l’exotisme d’une époque révolue. Il les...
Thierry Guichard
septembre 2002
Le Matricule des Anges n°40
La Langue
de Olivier Rolin
2000
Dans un bistrot où personne n’entre, elle est serveuse. Lui, un intellectuel qui fuit ici un amour perdu. S’il la regarde comme une Emma Bovary, il se voit comme un Don Quichotte et les moulins contre lesquels il se bat parlent mal dans le poste de la radio. Les mots les rapprochent. Lui veut l’emporter dans un univers à la Lewis Carroll pour grande fille (on l’imagine, elle, dans la tenue demi-deuil des serveuses). Il lui cite Lautréamont, elle lui parle de son enfance à la campagne : « On aurait dit qu’on cultivait la pluie. » La langue des médias, celle des « nouveaux maîtres » essaie...
Thierry Guichard
septembre 2000
Le Matricule des Anges n°32