La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Peter Handke

Ouvrages chroniqués

Les Cabanes du narrateur. Œuvres choisies
de Peter Handke
2020
Entre épopée de la sensation et esthétique de l’épiphanie, la langue de Peter Handke, prix Nobel 2019, donne corps à la matière du monde et au sentiment d’exister. Il est une remarque de Cioran que Peter Handke ne saurait désavouer : « La valeur intrinsèque d’un livre ne dépend pas de l’importance du sujet (sans quoi les théologiens l’emporteraient, et de loin), mais de la manière d’aborder l’accidentel et l’insignifiant. » Car s’il est un écrivain que captive ce qui échappe à l’attention de chacun, mais que tout le monde peut voir, c’est bien Handke. En proposant, dans l’ordre chronologique de leur publication originale, quelques-uns des textes qui l’ont fait connaître et ont contribué à sa renommée, le Quarto qui lui est consacré nous donne...
Richard Blin
novembre 2020
Le Matricule des Anges n°218
La Grande Chute
de Peter Handke
2014
Sous l’œil de Peter Handke la réalité se transfigure et révèle une humanité en mutation prisonnière des décors du nouveau Théâtre du Monde. Fidèle à lui-même, Peter Handke, à ses thèmes de toujours – la solitude, l’inadaptation, l’incommunicabilité – indissociables de l’entreprise de déchiffrement du réel amorcée dès ses premiers titres, Le Colporteur (1969) ou L’Angoisse du gardien de but au moment du penalty (1972). Fidèle aussi à son éthique du dénuement, à sa quête d’une écriture dépouillée de tout apprêt et cherchant à concurrencer l’évidence. Fidèle enfin au récit même si, comme Goethe, il pratique avec aisance tous les genres littéraires, du roman au scénario de film en passant par le poème et le théâtre. Le récit,...
Richard Blin
mai 2014
Le Matricule des Anges n°153
Essai sur le Lieu Tranquille
de Peter Handke
2014
Sous l’œil de Peter Handke la réalité se transfigure et révèle une humanité en mutation prisonnière des décors du nouveau Théâtre du Monde. Fidèle à lui-même, Peter Handke, à ses thèmes de toujours – la solitude, l’inadaptation, l’incommunicabilité – indissociables de l’entreprise de déchiffrement du réel amorcée dès ses premiers titres, Le Colporteur (1969) ou L’Angoisse du gardien de but au moment du penalty (1972). Fidèle aussi à son éthique du dénuement, à sa quête d’une écriture dépouillée de tout apprêt et cherchant à concurrencer l’évidence. Fidèle enfin au récit même si, comme Goethe, il pratique avec aisance tous les genres littéraires, du roman au scénario de film en passant par le poème et le théâtre. Le récit,...
Richard Blin
mai 2014
Le Matricule des Anges n°153
Essai sur le fou de champignons
de Peter Handke
2017
Avec son Essai sur le fou de champignons, c’est le miracle de s’étonner et l’art de s’émerveiller que célèbre Peter Handke. Il écrit comme on se met en chemin, Peter Handke, comme on part pour une marche sans but. Plus qu’une espèce de méthode, c’est pour lui une manière d’être, une façon d’aller sans savoir qui relève d’une science subtile de l’égarement. Un art de se perdre qui donne aux plus humbles choses un éclat parfaitement nouveau, une puissance, un rayonnement autre. Cette démarche livrant l’écriture à la règle de sa propre errance, débouche parfois sur ce qu’il appelle un « essai ». Aux quatre qu’il a déjà écrits – Essai sur la fatigue ; sur le juke-box ; sur la journée réussie ; sur le lieu...
Richard Blin
novembre 2017
Le Matricule des Anges n°188