La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Pierre Bourgeade

A propos

Le passage du témoin A 71 ans, Pierre Bourgeade ne désarme pas. Avec un polar, un roman existentiel et des chroniques instantanées, il raconte les douleurs du monde et plaide pour une évolution du roman. Pour Pierre Bourgeade, l’année 1998 a été productive. Au printemps paraissait Pittbul, un polar d’une violence crue que la Société des Gens de lettres a coiffé des lauriers du Grand Prix Paul Féval de littérature populaire. Puis vinrent Les Ames juives où l’auteur d’Orden et des Immortelles s’interroge sur l’improbable paix morale des rescapés de la Shoah et le poids de leur histoire. Dans la foulée enfin, il vient de publier dans un registre moins tragique, mais tout aussi grave, les nouvelles de L’Argent qui donnent dans la continuité d’Eros mécanique un point de vue sur le désordre des...
janvier 1999
Le Matricule des Anges n°25

Ouvrages chroniqués

Warum
de Pierre Bourgeade
2020
Le chef-d’œuvre de Pierre Bourgeade, Warum, connaît une nouvelle édition. Quand la variété des désirs et la part d’ombre de l’érotisme le disputent à la mélancolie et au manque à exister. Pourquoi ce titre, Warum, sinon pour annoncer des esquisses de réponses, proposer une sorte d’art romanesque qui aurait sa source dans une soif de savoir, un désir de connaître  ? Sachant que connaître intellectuellement et connaître sexuellement vont de pair, voici donc un roman qui ne se contentera pas d’être lui-même mais prendra parti par rapport au réel, l’affrontera dans sa version déchirante comme dans sa version jubilatoire. Il puisera dans la vie comme dans un matériau pour l’écriture. D’où ce roman kaléidoscopique, découpé en chapitres alertes correspondant à autant de libres...
Richard Blin
février 2020
Le Matricule des Anges n°210
Le Diable
de Pierre Bourgeade
2009
Avec ces deux textes quasi testamentaires, c’est toute la poésie de la déviance et de la perversité (candide ?) du destin, que Pierre Bourgeade nous offre à méditer. Né en 1927 et disparu en mars dernier, Pierre Bourgeade ne publia son premier livre qu’à 39 ans, après sept ans de manuscrits refusés. Les Immortelles venait de tomber entre les mains de Georges Lambrichs, alors directeur de la collection « Le Chemin », chez Gallimard, qui décida aussitôt de le prendre. Deux ans avant mai 68, il fut le seul à déceler, derrière ces textes audacieux et insolites décrivant des fantasmes sexuels féminins, les tremblantes splendeurs d’un imaginaire se mirant aux grands miroirs de la chair. Car Pierre Bourgeade aura su parler des femmes comme peu, en...
Richard Blin
octobre 2009
Le Matricule des Anges n°107
Eloge des fétichistes
de Pierre Bourgeade
2009
Avec ces deux textes quasi testamentaires, c’est toute la poésie de la déviance et de la perversité (candide ?) du destin, que Pierre Bourgeade nous offre à méditer. Né en 1927 et disparu en mars dernier, Pierre Bourgeade ne publia son premier livre qu’à 39 ans, après sept ans de manuscrits refusés. Les Immortelles venait de tomber entre les mains de Georges Lambrichs, alors directeur de la collection « Le Chemin », chez Gallimard, qui décida aussitôt de le prendre. Deux ans avant mai 68, il fut le seul à déceler, derrière ces textes audacieux et insolites décrivant des fantasmes sexuels féminins, les tremblantes splendeurs d’un imaginaire se mirant aux grands miroirs de la chair. Car Pierre Bourgeade aura su parler des femmes comme peu, en...
Richard Blin
octobre 2009
Le Matricule des Anges n°107
L' Objet humain
de Pierre Bourgeade
Pierre Bourgeade a une réputation d’écrivain sulfureux. Très en vogue dans les années 70, il avait rencontré Pierre Molinier dans sa chambre bordelaise, et s’inscrivait en 1966, avec Les Immortelles, dans une lignée post-bataillienne. Promis à une belle carrière, lui dont Georges Lambrichs signa l’engagement chez Gallimard, et qui frôla le Goncourt en 1983 avec Les Serpents, sut se dégager du système. Écrivain prolixe, il est capable du meilleur (Les Âmes juives, Tristram) comme du pire (L’Autre Face, Arléa). Ces écrits n’attendent pas le 8 mars pour célébrer la femme. Femmes-objets,...
Catherine Dupérou
mars 2003
Le Matricule des Anges n°43
Les Boxeurs/L’Horloge
de Pierre Bourgeade
2003
Pierre Bourgeade a une réputation d’écrivain sulfureux. Très en vogue dans les années 70, il avait rencontré Pierre Molinier dans sa chambre bordelaise, et s’inscrivait en 1966, avec Les Immortelles, dans une lignée post-bataillienne. Promis à une belle carrière, lui dont Georges Lambrichs signa l’engagement chez Gallimard, et qui frôla le Goncourt en 1983 avec Les Serpents, sut se dégager du système. Écrivain prolixe, il est capable du meilleur (Les Âmes juives, Tristram) comme du pire (L’Autre Face, Arléa). Ces écrits n’attendent pas le 8 mars pour célébrer la femme. Femmes-objets,...
Catherine Dupérou
mars 2003
Le Matricule des Anges n°43
Warum
de Pierre Bourgeade
1999
À lire Warum, on saisit vite ce que Pierre Bourgeade a refusé d’écrire : une intrigue linéaire, une morale convenable, un roman qui s’affiche clairement comme tel. Il y aura donc ici du sexe très cru -mieux encore : de « l’obscène »-, l’entrelacement compliqué de diverses historiettes, et les métamorphoses d’une première personne incertaine (je, il, Pierre). Autant dire que l’œuvre évolue dans les eaux tièdes, parfois glauques, de l’autofiction. Le hic, c’est que cette modernité générique ne recule pas forcément les frontières du dicible. Distingués érotomanes sur le retour, étudiantes...
Gilles Magniont
janvier 2000
Le Matricule des Anges n°29