La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Ramón Gómez de La Serna

Ouvrages chroniqués

L' Aube
de Ramón Gómez de La Serna
2022
Colosse de la modernité, l’Espagnol Ramón Gómez de la Serna (1888-1963) était un esprit en éveil et un inventeur de forme. Ce « littérateur à la plumifère frénésie », créateur de la « gregueria », cette sorte de haïku à l’occidentale, fruit du choc d’une pensée et de la réalité (« Humour + métaphore » expliquait-il), a laissé dans son précieux et monumental journal intellectuel, Automoribundía (Quai voltaire, 2020), des pistes et réflexions sur la plupart des sujets qui l’ont captivé. Et il se trouve qu’il a consacré un chapitre entier (LXXXIX) à ses insomnies et à ses rapports à...
Éric Dussert
juin 2022
Le Matricule des Anges n°234
Lettres à moi-même
de Ramón Gómez de La Serna
On imagine mal Gómez de la Serna vieillir. Lui aussi. De 1950 à 1956, l’écrivain s’écrit lui-même pour renouer avec le Ramón des années vingt. Lettre ouverte à Ramón « Si j’ai été souvent un explorateur, je ne me suis jamais lancé dans l’aventure pure ». En Espagne dans les années vingt, époque où il tourne autour du mouvement ultraïste (1), comme à Buenos Aires où il s’installe définitivement en 1936, Gómez de la Serna aura parcouru en tous sens la « jungle des signes ». Des textes de l’exil argentin rien n’était disponible en français avant ces Lettres à moi-même dont André Dimanche publie aujourd’hui la première traduction. Curieuse idée que celle qui consiste à écrire à soi-même ! Gómez de la Serna s’écrit des lettres...
Christophe David
avril 1994
Le Matricule des Anges n°8