La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Richard Millet

A propos

Larmes libanaises Pour Richard Millet, écrire ne consiste pas à bondir hors du rang des meurtriers (Kafka), mais à connaître leur sort. La Confession négative est une expérience noire de soi, hantée par la face de l’ange dans l’ombre de la mort. Richard Millet ne viendrait-il pas de nous donner, avec sa Confession négative, ses Fleurs du Mal un « livre atroce », disait Baudelaire, dans lequel « j’ai mis tout mon cœur, toute ma haine » ? Comment expliquer sinon que, le livre à peine fermé, nous vienne à l’esprit ce qu’en disait Barbey d’Aurevilly. « Après Les Fleurs du Mal, il n’y a plus que deux partis à prendre pour le poète qui les fit éclore : ou se brûler la cervelle ou se faire chrétien. » Un rapprochement motivé par le fait que cette Confession négative est le récit d’une entrée en littérature qui a tout d’une entrée en...
février 2009
Le Matricule des Anges n°100

Richard Millet, requiem pour les vivants

Depuis 1983, l’écrivain originaire de la Corrèze compose d’étonnants livres, à une ou plusieurs voix, qui fouillent les angles morts du corps et de l’âme dans un vibrant chant de gloire. Une langue à bout portant qui lutte contre l’enténèbrement. Nouvelle variation avec Lauve le pur. Richard Millet doit aimer la marche, et pas seulement parce que son nouveau roman, Lauve le pur, s’ouvre par une longue errance d’un fils perdu, traversant Paris, cheminant d’avenue en avenue, la merde au cul, sa solitude mortifère, mais sûrement parce que la marche est un moyen de s’extirper de son abri, de son corps, de lutter contre l’arrêt, c’est-à-dire le renoncement, une figure qui est...
mars 2000
Le Matricule des Anges n°30

Clusters

La bibliothèque est un lieu où généralement je m’allonge. À même le sol. Non seulement parce que las de me tenir assis à ma table de travail (comme on disait jadis pour légender les portraits d’écrivains posant à leur bureau, et tel qu’on pourrait me surprendre, ce matin, devant une fenêtre donnant sur un ciel grand-ouvert au-dessus d’arbres dont la profondeur ombreuse me ramène tantôt en un...
mars 2000
Le Matricule des Anges n°30

Ouvrages chroniqués

Liste alphabétique des titres


Trois légendes
de Richard Millet
2013
Lmda N°149 Du désenchantement, du légendaire, Richard Millet tisse des chants aussi beaux que ténébreusement lumineux. Parce qu’il est viscéralement écrivain – l’un des meilleurs et des plus envoûtants – Richard Millet écrit, et ce n’est pas le bannissement dont il a été l’objet il y a un an (voir à ce sujet, L’Affaire Richard Millet, critique de la bien-pensance, de Muriel de Rengervé, éd. Jacob-Duvernet) qui pourrait l’en empêcher. Trois nouveaux livres viennent le prouver, qui montrent combien Millet...
Soleil noir
janvier 2014
L' Etre-bœuf
de Richard Millet
2013
Lmda N°149 Du désenchantement, du légendaire, Richard Millet tisse des chants aussi beaux que ténébreusement lumineux. Parce qu’il est viscéralement écrivain – l’un des meilleurs et des plus envoûtants – Richard Millet écrit, et ce n’est pas le bannissement dont il a été l’objet il y a un an (voir à ce sujet, L’Affaire Richard Millet, critique de la bien-pensance, de Muriel de Rengervé, éd. Jacob-Duvernet) qui pourrait l’en empêcher. Trois nouveaux livres viennent le prouver, qui montrent combien Millet...
Soleil noir
janvier 2014
Une artiste du sexe
de Richard Millet
2013
Lmda N°149 Du désenchantement, du légendaire, Richard Millet tisse des chants aussi beaux que ténébreusement lumineux. Parce qu’il est viscéralement écrivain – l’un des meilleurs et des plus envoûtants – Richard Millet écrit, et ce n’est pas le bannissement dont il a été l’objet il y a un an (voir à ce sujet, L’Affaire Richard Millet, critique de la bien-pensance, de Muriel de Rengervé, éd. Jacob-Duvernet) qui pourrait l’en empêcher. Trois nouveaux livres viennent le prouver, qui montrent combien Millet...
Soleil noir
janvier 2014
Journal (2000-2003) Tome III
de Richard Millet
2020
Lmda N°212-213 Dans le tome 3 de son journal, Richard Millet va au plus nu, de ce que sont l’écriture et l’époque. Une vie dans l’envers de la vie. Écrit en miroir d’une vie qui se fait au jour le jour, le journal relève d’une entreprise de restitution du réel autant que de la conversation avec soi-même. Mais que l’on y geigne, y jubile, y panse ses plaies ou que l’on s’y vide du trop-plein de ses émotions, c’est toujours d’humeur qu’il s’agit. Surtout s’il est rédigé par un homme jugé peu fréquentable, un écrivain «  dérangeant »,...
L’angoisse de hamlet
mai 2020
Journal : Tome 1, 1971-1994
de Richard Millet
2018
Lmda N°204 Jalonnant sa trajectoire d’écrivain qui a longtemps eu du mal à se dire, le journal de Richard Millet nous plonge dans la vie d’un homme qui a tout sacrifié à la littérature. À quoi peut ressembler la vie d’un individu qui a décidé de devenir écrivain, de tout demander à la littérature : l’armature et la justice, la gloire et, éventuellement, le salut. Pour en avoir une idée, il suffit de lire le journal de Richard Millet, dont les deux premiers tomes, couvrant les périodes allant de 1971 à 1994 puis de 1995 à 1999, viennent de paraître. « J’ai voulu être écrivain...
La littérature ou la mort
juin 2019
Journal : Tome 2, 1995-1999
de Richard Millet
2019
Lmda N°204 Jalonnant sa trajectoire d’écrivain qui a longtemps eu du mal à se dire, le journal de Richard Millet nous plonge dans la vie d’un homme qui a tout sacrifié à la littérature. À quoi peut ressembler la vie d’un individu qui a décidé de devenir écrivain, de tout demander à la littérature : l’armature et la justice, la gloire et, éventuellement, le salut. Pour en avoir une idée, il suffit de lire le journal de Richard Millet, dont les deux premiers tomes, couvrant les périodes allant de 1971 à 1994 puis de 1995 à 1999, viennent de paraître. « J’ai voulu être écrivain...
La littérature ou la mort
juin 2019
Déchristianisation de la littérature
de Richard Millet
2018
Lmda N°190 À défaut de pouvoir sauver la langue, Richard Millet établit avec elle un rapport quasi mystique, aussi fervent et désespéré que son écriture. Il agace, il dérange, Richard Millet, alors qu’il ne fait que développer le sentiment d’une appartenance élective à un monde qui n’est déjà plus celui de l’esprit ; qu’il ne fait qu’exprimer son angoisse devant la décomposition d’un monde dans lequel il ne se reconnaît plus. Une véritable nausée que redouble, pour l’écrivain exigeant qu’il est, la disparition de la littérature au profit de la...
Chronique d’un monde en voie de damnation
février 2018
La Nouvelle Dolores
de Richard Millet
2017
Lmda N°186 C’est à la dimension musicale de sa vie que donne corps Pascal Bugeaud, le personnage-narrateur de La Nouvelle Dolores. Bien connu des lecteurs de Millet – on l’a déjà rencontré dans Ma vie parmi les ombres, La Confession négative, La Fiancée libanaise, Une artiste du sexe… –, ce double littéraire de l’auteur tombe, à 60 ans, amoureux d’une cantatrice russe dont le prénom, Nadejda, et la voix...
La Nouvelle Dolores de Richard Millet
septembre 2017
Province
de Richard Millet
2016
Lmda N°177 Renouant avec le genre romanesque, Richard Millet trouve un nouveau souffle pour témoigner des mœurs et des tourments de la province. Un roman aussi balzacien que désenchanté. Écrire sur la province – écrire Province – c’est se mesurer au temps, donner à voir et à sentir sa pâte. « La province, c’est le temps sensible et triomphant. » Grâce à la magnificence d’un style envoûtant, qui retrouve la magie originelle de la vive voix lorsqu’elle se conjugue au plaisir du récit, c’est l’entier de la langue que Richard Millet nous donne à entendre, et l’expérience même du...
À la lisière de l’ombre
octobre 2016
Le Sommeil des objets
de Richard Millet
2016
Lmda N°171 Avec Le Sommeil des objets, Richard Millet signe un livre fait des jeux du proche et du perdu, sur fond de lumière d’étoiles mortes. Il y a une volupté singulière – triste et douce – à évoquer ce dont on ne parle quasiment jamais, à penser des dimensions de la réalité que l’idéalisme ignore. Comme le laissé pour compte, le renié, les objets déchus. Autrement dit le rebut, ce qui gît au grenier, à la cave, dans les tombeaux ou dans un coin de la mémoire. C’est autour de ce que ce rebuté ou ce révolu disent de nous, de...
L’ombre du perdu
mars 2016
Le Sommeil sur les cendres
de Richard Millet
2010
Lmda N°110 Explorant les effets de fantomisation qu’induisent les relations de la présence à l’absence, c’est dans les limbes de l’écrit que nous entraîne Richard Millet. Publiés simultanément, les deux nouveaux livres de Richard Millet - Le Sommeil sur les cendres et Brumes de Cimmérie - croisent le vertical et l’horizontal, tout en témoignant des multiples interactions liant la dimension orientale de son œuvre et de sa vie à sa matière corrézienne. Deux récits hantés par l’origine et la fin, l’expérience noire de soi et le vertige des résurgences. Deux...
Cendres et brumes
février 2010
Brumes de Cimmérie
de Richard Millet
2010
Lmda N°110 Explorant les effets de fantomisation qu’induisent les relations de la présence à l’absence, c’est dans les limbes de l’écrit que nous entraîne Richard Millet. Publiés simultanément, les deux nouveaux livres de Richard Millet - Le Sommeil sur les cendres et Brumes de Cimmérie - croisent le vertical et l’horizontal, tout en témoignant des multiples interactions liant la dimension orientale de son œuvre et de sa vie à sa matière corrézienne. Deux récits hantés par l’origine et la fin, l’expérience noire de soi et le vertige des résurgences. Deux...
Cendres et brumes
février 2010
Dévorations
de Richard Millet
2006
Lmda N°77 Un récit et un roman de Richard Millet, pour explorer la face cachée de la douleur d’être et de la mort amoureuse. L’amour dans son immensité comme dans son insignifiance, Richard Millet le porte à son point d’ivresse et de saturation, dans deux livres mettant en scène des êtres capables de tout « dans la gloire ou dans le renoncement ». Dans L’Art du bref, d’abord, qui évoque la vie d’un photographe ambulant, Antoine Coudert, qui a photographié les gens et le mode de vie du haut Limousin. L’histoire d’un...
D’or et de ténèbres
octobre 2006
L' Art du bref
de Richard Millet
2006
Lmda N°77 Un récit et un roman de Richard Millet, pour explorer la face cachée de la douleur d’être et de la mort amoureuse. L’amour dans son immensité comme dans son insignifiance, Richard Millet le porte à son point d’ivresse et de saturation, dans deux livres mettant en scène des êtres capables de tout « dans la gloire ou dans le renoncement ». Dans L’Art du bref, d’abord, qui évoque la vie d’un photographe ambulant, Antoine Coudert, qui a photographié les gens et le mode de vie du haut Limousin. L’histoire d’un...
D’or et de ténèbres
octobre 2006
Le Goût des femmes laides
de Richard Millet
2005
Lmda N°67 À travers les confessions d’un homme laid, c’est de la face obscure de l’amour, des tourments de la dissonance et de l’art de vivre avec la maudissure, que nous entretient Richard Millet. L’ambition s’affiche dès la première phrase : saisir une vie d’homme à partir de ce qui est peut-être aujourd’hui le plus sensible. « Comme la plupart des hommes, j’ai raté ma vie sexuelle ». Débutent alors les confessions d’un narrateur originaire de ces hautes terres limousines, si chères à Richard Millet, et que sa trilogie corrézienne La Gloire des Pythre, L’Amour des trois sœurs Piale et...
Bas les masques
octobre 2005
Musique secrète
de Richard Millet
2004
Lmda N°54 Rien de plus difficile que de parler de musique tant « comme l’amour toute musique est secrète pour celui qui l’écoute ». Elle abolit le monde, et contrairement aux mots qui ne délivrent de rien, elle nous libère du sens parce qu’elle ne renvoie qu’à elle-même tout en nous initiant « au mystère sans secret de notre propre énigme ». C’est ce langage intime dans ses rapports avec l’origine et...
Jouissance du sonore
juin 2004
Ma vie parmi les ombres
de Richard Millet
2003
Lmda N°48 Il écrit l’une des proses les plus musicales et les plus exigeantes d’aujourd’hui mais peu de gens le savent. Intransigeant, secret, amoureux de la langue comme de la beauté adolescente, Richard Millet fait du roman une manière de gloire. Algèbre cruciale que celle qui préside aux destinées, voue à l’altérité, confronte à la bêtise et à la haine. De ces forces obscures, de tout ce qu’elles induisent, exaspèrent et mobilisent, l’œuvre de Richard Millet vivifie, explore, transmute la matière. Vingt ans déjà que, tressant l’ultime à l’inaugural, la solitude à la beauté, la disgrâce à l’élection, elle s’attache à cerner, derrière...
Le dernier des Mohicans
novembre 2003
Le Renard dans le nom
de Richard Millet
2003
Lmda N°43 Une jeune fille assassinée, un innocent prisonnier de son nom, et la musique envoûtante d’une écriture : Richard Millet orchestre d’insondables et lumineux vertiges. Ouvrir le dernier livre de Richard Millet c’est retrouver la grande nuit des maudits, des solitaires, des innocents, et ce coin disgracié de Haute-Corrèze avec ses « gourles », ses « fadards » et ses existences noires que nous ont fait connaître La Gloire des Pythre, L’Amour des trois sœurs Piale et Lauve le pur. Un pays d’eau et de forêts, de granit et de ciel ; des lieux peuplés d’ombres et...
Les voix d’ailleurs
mars 2003
Cœur blanc
de Richard Millet
Lmda N°7 L’écriture de Richard Millet a l’apparente fluidité des rivières et la douceur des corps de femmes que ses narrateurs vénèrent. D’une pureté toute classique ses nouvelles hypnotisent le lecteur de ses méandres de relatives et de subjonctives où s’accrochent comme des feuilles de lierres des subjonctifs naturels et des vouvoiements d’amoureux. On se laisse prendre, et comment résister, par ces...
Coeur blanc
février 1994