La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Robert Walser

A propos

Le Shakespeare de la petite prose Il comparait les Alpes suisses aux dentelles des petites culottes de dames, et ses petites proses à des danseuses. De la promenade, il fit un art de vivre en même temps que le modèle et la condition d’une écriture aussi labyrinthique que bouleversante. Traversée de l’œuvre et de la vie du génie singulier que fut Robert Walser (1878-1956). Plus de mille cinq cents chroniques et près de cinq cents poèmes, quatre romans publiés et deux ou trois autres perdus ou détruits, quelques mini-drames ou dramolets – mot qui est à drame ce que opérette est à opéra –, forment l’œuvre incongrue, mystérieuse, épiphanique parfois, de Robert Walser, l’un des écrivains de langue allemande les plus marquants de la littérature du XXe siècle. Un inclassable, comme Kafka qui l’admirait beaucoup, un original « du genre le plus profond et le plus étrange » (Stefan Zweig), un asocial, un intempestif, un grand timide qui par gêne pouvait se montrer...
novembre 2012
Le Matricule des Anges n°138

Littéralement vôtre

« Écrire c’est se mettre à nu devant des fantômes » déclarait Kafka. Avec Walser, la correspondance devient un savoureux régal d’inconvenance légère et de dialectique subtile entre contrainte et liberté. Adressées à ses sœurs, à des éditeurs, des directeurs de revue et pour l’essentiel à Frieda Mermet, l’amie fidèle, voici 266 lettres qui offrent une sorte de radiographie de la personnalité de Walser, qui ont la même liberté de ton que celle de l’œuvre, témoignent du même mélange de naïveté et d’habileté, présentent la même spontanéité impressionniste. Qui naissent de la même fringale...
novembre 2012
Le Matricule des Anges n°138

Au temps présent

L’infatigable marcheur que fut Robert Walser se double de l’homme appliqué à son bureau écrivant à « n’importe qui »… Mais de l’une à l’autre expérience, se figure une endurance à être soi dans laquelle l’écrivain y affirme son ironie, sa nonchalance et tout son regard sur son temps. Certaines des phrases qu’écrit Robert Walser dans sa correspondance pourraient constituer à bien des égards les perles dispersées de ses proses, les amorces de ses micro-récits. L’air de rien, amusées d’elles-mêmes, elles prennent la forme d’assertions, parfois de sentences, mais toujours nous apparaissent-elles sous le jour d’une vitalité sans pareille, vertement assénées autant que...
novembre 2012
Le Matricule des Anges n°138

Ouvrages chroniqués

Liste alphabétique des titres


Vie de poète
de Robert Walser
2021
Lmda N°222 Réédition des Promenades avec Robert Walser et de Vie de poète, où l’on suit par tous les temps le vagabond des lettres suisses sur les chemins de sa mémoire. Vingt ans durant, Carl Seelig fut à la fois le tuteur et l’ami de Robert Walser. Le seul avec lequel celui-ci consentit jamais à partir pour les longues promenades à pied qu’il affectionnait, avec lequel il maintint sans jamais le rompre le fil d’une conversation pleine de pudeur et d’érudition dont ce livre devait rendre compte avec une émotion d’autant plus prégnante que Walser n’était mort...
Valse avec Robert
avril 2021
Poèmes
de Robert Walser
2008
Lmda N°97 Le prosateur suisse débuta dès 1897 par un premier bouquet de poèmes, condensant déjà la fausse naïveté de sa vision du monde. Du fameux auteur de L’Homme à tout faire ou des Enfants Tanner, reconnu très tôt par Kafka et Walter Benjamin, on ne connaissait jusque-là que les romans et petites proses, dont les étonnants microgrammes (écritures minuscules), rassemblés dans le Territoire au crayon (Zoé, 2003). Aucun livre de ses poèmes, pourtant première façon de l’auteur, n’était disponible, hormis quelques versions en...
Walser, pas de côté
octobre 2008
Petits textes poétiques
de Robert Walser
2005
Lmda N°77 L’écrivain suisse, en dernier des romantiques, n’aura sans doute vécu qu’à moitié, mais aura su donner un aspect merveilleux à l’insignifiance et à l’humilité. Du très grand art. Le jour de Noël 1956, Robert Walser mourait dans la neige, au cours de sa promenade quotidienne. Cinquante ans après, plusieurs livres commémorent l’événement en nous donnant à lire deux recueils qu’il a lui-même composés, Petits textes poétiques (1914) et Vie de poète (1917) vingt-cinq proses tenant autant de la biographie éclatée que de l’autobiographie stylisée, auxquels s’ajoutent la...
Walser, l’éternel errant
octobre 2006
Retour dans la neige
de Robert Walser
2006
Lmda N°77 L’écrivain suisse, en dernier des romantiques, n’aura sans doute vécu qu’à moitié, mais aura su donner un aspect merveilleux à l’insignifiance et à l’humilité. Du très grand art. Le jour de Noël 1956, Robert Walser mourait dans la neige, au cours de sa promenade quotidienne. Cinquante ans après, plusieurs livres commémorent l’événement en nous donnant à lire deux recueils qu’il a lui-même composés, Petits textes poétiques (1914) et Vie de poète (1917) vingt-cinq proses tenant autant de la biographie éclatée que de l’autobiographie stylisée, auxquels s’ajoutent la...
Walser, l’éternel errant
octobre 2006
Vie de poète
de Robert Walser
2006
Lmda N°77 L’écrivain suisse, en dernier des romantiques, n’aura sans doute vécu qu’à moitié, mais aura su donner un aspect merveilleux à l’insignifiance et à l’humilité. Du très grand art. Le jour de Noël 1956, Robert Walser mourait dans la neige, au cours de sa promenade quotidienne. Cinquante ans après, plusieurs livres commémorent l’événement en nous donnant à lire deux recueils qu’il a lui-même composés, Petits textes poétiques (1914) et Vie de poète (1917) vingt-cinq proses tenant autant de la biographie éclatée que de l’autobiographie stylisée, auxquels s’ajoutent la...
Walser, l’éternel errant
octobre 2006
Seeland
de Robert Walser
2005
Lmda N°63 Prosateur discret, Robert Walser (1878-1956) avait l’art d’enfermer son lecteur dans le labyrinthe d’un faux bavardage. Singularité de l’œuvre, identité floue, marginalité, désir d’effacement font de Robert Walser une sorte d’étranger qui pour devenir grand a choisi d’être petit. Né dans une famille marquée par la folie de sa mère et d’un de ses frères, le jeune commis aux écritures se met à écrire assez rapidement avant de se confronter, à Munich puis à Berlin, à la littérature de son temps. Mais sa vie...
Le funambule divagant
mai 2005
L' Écriture miniature
de Robert Walser
2004
Lmda N°59 Du système du crayon à l’écriture micrographiée, Robert Walser (1878-1956) avait mis au point un procédé de fabrique du texte. Visite guidée. Robert Walser aura toujours habité le présent comme s’il vivait dans un rêve éveillé. De métiers subalternes en innombrables déménagements, il semble avoir vécu au jour le jour, prisonnier d’une identité assez floue et comme dépossédé de lui-même. Mais sous cette apparence (qui le conduira, dès 1929, en asile psychiatrique, sous prétexte de schizophrénie) se cachaient un orgueil très...
À fleur de papier
janvier 2005
Le Territoire du crayon
de Robert Walser
2003
Lmda N°44 "Le Territoire du crayon" ouvre la part secrète de l’œuvre de Robert Walser, écrivain suisse-allemand mort en 1956 après vingt-sept ans d’internement. Une prose souveraine d’errance, de maîtrise, et parfois de magie. Flâneur professionnel, rêveur impénitent, Robert Walser connut les petits métiers et la bohème. Il mena une vie aussi hasardeuse et déconcertante que son caractère et publia trois romans en trois ans. Les Enfants Tanner (1907), Le Commis (1908), L’Institut Benjamenta (1909). Ils n’eurent aucun succès mais n’échappèrent ni à Kafka, ni à Musil, ni à Walter Benjamin, ni à Max Brod. Placé, à...
Jusqu’à la folie
mai 2003
Les Rédactions de Fritz Kocher
de Robert Walser
1999
Lmda N°26 Ce n’est ni parce que Kafka riait en lisant l’écrivain suisse, ni parce que Robert Musil et Max Brod ont salué en leur temps ces petites proses presque minimalistes qu’il nous faut aujourd’hui les apprécier sans réserve : de telles reconnaissances, enracinées dans un contexte littéraire et historique, n’ont rien de normatif. Publiés de 1902 à 1914, ces textes, qui hésitent entre dix lignes et...
Les Rédactions de Fritz Kocher
mai 1999