La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Romain Gary

Ouvrages chroniqués

Romans et récits I, II
de Romain Gary
2019
Fin du Purgatoire ? Deux volumes de la Pléiade permettent de redonner à Romain Gary sa véritable dimension, celle d’un conteur hors pair et d’un humaniste paradoxal. Il y a une sorte de responsabilité inévitable mais insupportable à devoir juger une vie entière d’écrivain quand celui-ci n’est plus là pour se défendre. Quand il s’agit de Romain Gary, nous ne pouvons qu’être plus précautionneux, hésitant, timoré. L’œuvre est énorme – et l’homme impressionnant. Entre le jeune résistant, héroïque aviateur, Compagnon de la Libération, qui reçoit en 1945 le prix des Critiques pour son premier roman, Éducation européenne, et le vieux sage, mi-prophète juif mi-chef sioux, qui choisit, le 2 décembre 1980, de quitter ce monde en se tirant une balle de revolver...
Thierry Cecille
juin 2019
Le Matricule des Anges n°204
Gros-Câlin
de Romain Gary
1979
Une vie sentimentale à peu près inexistante et un célibat prolongé ont poussé M. Cousin, trentenaire parisien doux-dingue, dans les bras, si l’on ose dire, d’un serpent. À défaut de trouver ailleurs de l’affection, rien ne vaut l’étreinte chaleureuse d’ « un python de deux mètres vingt ». La fonction créant le petit nom, baptiser la bestiole Gros-Câlin, quoi de plus logique. « La sensibilité cachée sous les écailles », le reptile adoptif dispense ses faveurs en tout bien tout honneur. D’ailleurs, pour notre ami, « les pythons ne sont pas vraiment une espèce animale, c’est une prise de...
Anthony Dufraisse
mai 2007
Le Matricule des Anges n°83