La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Romain Graziani

A propos

Mues émouvantes Entre ironie et volupté, le deuxième recueil de Romain Graziani confirme une voix qui pour embrasser le monde requiert les sujets les plus inattendus. « À se rétracter dans ses plis, l’homme sent le renfermé, et l’évent s’il épanche aux confins. Déployé dans son cocon, ou se crispant dans ses bris, toujours la même vase. Exorbité, l’épine fléchie, des limbes à la rive ses mains brassent, tournent, giclent. Mais rien ne vient, n’avance ni ne devient. Il ne trouve pas l’endroit d’où émerger. Tout le prend à revers. » Pour son second recueil Mues indigènes (après Amor fati aux éditions...
mars 2003
Le Matricule des Anges n°43

Ouvrages chroniqués

L' Homme qui voulait naître moi
de Romain Graziani
2005
Imposant sa voix, toujours surprenante, Romain Graziani donne à entendre la mélodie du possible sur fond d’ironique dérision. Dans Mues indigènes (Fata Morgana, 2002), Romain Graziani appréhendait diverses manifestations de la vie selon des angles et des plans de perception inaccoutumés. Variant avec virtuosité les sujets d’énonciation comme les styles, il explorait une réalité allant du microscopique au sidéral. Avec L’Homme qui voulait naître moi, il va encore un peu plus loin. Abolissant toute discrimination entre le moi et le non-moi, il a fait choix de quelques moments paroxystiques comme pour mieux nous montrer comment s’y fomente l’événement poème. Chez Graziani, l’écriture poétique relève d’une manière...
Richard Blin
juillet 2005
Le Matricule des Anges n°65
Amor fati
de Romain Graziani
Plus qu’un premier recueil de poèmes convaincant, Amor fati, aussi rythmé qu’une suite symphonique, impressionne par son architecture. L’idéal pour tout premier recueil est un poème inaugural dans lequel toute l’œuvre à venir puisse un jour se reconnaître. Un prélude en somme qui annonce les couleurs et sache unir la qualité d’une écriture à une perception de la tâche à mener. Romain Graziani n’affiche pas seulement une prétention risquée en nommant son premier livre Amor fati, il prend date et prouve que la poésie se renouvelle quand un auteur est déjà capable d’affirmer sa pensée. « L’appel est-il des cimes ou de la terre ? » interroge ce jeune poète de vingt-six ans qui se voit consacrer dès le début par un éditeur...
Marc Blanchet
juin 1998
Le Matricule des Anges n°23