La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Sabine Macher

Ouvrages chroniqués

Guerre et paix sans je
de Sabine Macher
2019
Avec Guerre et paix sans je, Sabine Macher poursuit ses variations narratives comme autant de focales ajourent des pans inaperçus de vie. Un temps à se jeter (1995) pourrait être le titre générique de tous les livres de Sabine Macher. Il faut compter le risque et l’audace que cela suppose de faire ainsi d’une telle implication sa méthode générale d’écriture et celle de consignation d’une vie, la sienne, comme celles de tous et de toutes. Ce ne serait rien dire de l’écriture de Sabine Macher que d’en parler comme une chose singulière. Ou trop peu, tant, l’air de ne pas y toucher, de ne pas fondre (sur elle-même), opère en elle la bonne distance entre ne pas trop dire et ne pas trop faire. Tout le pathos dont ses livres se...
Emmanuel Laugier
juillet 2019
Le Matricule des Anges n°205
Ne pas toucher, ne pas fondre
de Sabine Macher
Sabine Macher a banni les majuscules de son écriture. Le murmure de sa langue a gommé ces hypertrophies des lettres afin d’hypnotiser lentement le lecteur et faire de lui le double intime de la narratrice. Ne pas toucher, ne pas fondre se présente comme le journal d’une femme, une entreprise de dénudement de soi par le biais de l’écriture. Minimaliste dans sa forme, le texte, dans la récurrence de ces thèmes, construit peu à peu un portrait émouvant, subtil, d’où auraient été chassées toutes les conventions sociales grâce auxquelles il est facile de se définir. La quête de soi passe par...
Thierry Guichard
décembre 1994
Le Matricule des Anges n°6