La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Sadegh Hedayat

Ouvrages chroniqués

Hâdji Aghâ
de Sadegh Hedayat
Bouffonnerie et mal de vivre : le grand prosateur iranien décline dans deux livres inédits ses obsessions. Entre ombre et lumière. Magistral. Le 9 avril 1951, dans un studio de la rue Championnet, à Paris, un homme est retrouvé mort dans sa cuisine, asphyxié. Toutes les issues de l’appartement étaient calfeutrées à l’aide de coton. À même le sol, quelques manuscrits brûlés. Sur sa poitrine, il avait précautionneusement posé un portefeuille rempli d’argent pour régler les éventuelles dépenses. Il paraît que son visage arborait « une presque souriante attitude ». Sadegh Hedayat avait 48 ans et venait de quitter Téhéran. Sa dernière tentative de suicide avait enfin abouti, lui si convaincu que seule « la mort nous délivre des...
Philippe Savary
décembre 1996
Le Matricule des Anges n°18
L' Eau de jouvence et autres récits
de Sadegh Hedayat
Bouffonnerie et mal de vivre : le grand prosateur iranien décline dans deux livres inédits ses obsessions. Entre ombre et lumière. Magistral. Le 9 avril 1951, dans un studio de la rue Championnet, à Paris, un homme est retrouvé mort dans sa cuisine, asphyxié. Toutes les issues de l’appartement étaient calfeutrées à l’aide de coton. À même le sol, quelques manuscrits brûlés. Sur sa poitrine, il avait précautionneusement posé un portefeuille rempli d’argent pour régler les éventuelles dépenses. Il paraît que son visage arborait « une presque souriante attitude ». Sadegh Hedayat avait 48 ans et venait de quitter Téhéran. Sa dernière tentative de suicide avait enfin abouti, lui si convaincu que seule « la mort nous délivre des...
Philippe Savary
décembre 1996
Le Matricule des Anges n°18
Madame Alavieh et autres récits
de Sadegh Hedayat
Avec ce recueil drôle et virulent à la fois, le romancier iranien Sadegh Hedayat confesse tout le mal qu’il pense de la religion musulmane. Hormis Hâdji Agha (Phébus, 1996), le lecteur français n’a approché l’oeuvre de Sadegh Hedayat (1903-1950) que par son versant sombre. Ange déchu, anti-conformiste lu sous le manteau, celui qui fut le premier suicidé de la littérature persane se servait de l’écriture comme d’un tombeau. Tant par le biais du fantastique (univers hallucinés) que du réalisme (descriptions du sordide), l’auteur de La Chouette aveugle a témoigné de sa profonde désolation,...
Philippe Savary
novembre 1997
Le Matricule des Anges n°21