La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Salim Bachi

Ouvrages chroniqués

Le Silence de Mahomet
de Salim Bachi
2008
En privilégiant l’intime et l’épique, le roman de Salim Bachi propose un scénario superbement humain du fondateur de l’islam. Pour qui a lu le cycle romanesque conçu à partir de la ville imaginaire, l’antique et farouche Cyrtha, il ne sera pas si étonnant que ce faiseur de monde au talent distingué de poète qu’est Salim Bachi en vienne dans son nouveau livre, à s’intéresser à la figure imposante - intouchable ? - de Mohammad, le chef des Arabes et fondateur de l’islam. Le pari est ambitieux, mais l’instinct de liberté de l’écrivain, né en Algérie en 1971, l’est plus encore. Le choix assumé de la fiction dit d’ailleurs assez qu’il ne s’agit pas de refaire l’histoire, doxa contre doxa, mais de s’introduire plutôt...
Sophie Deltin
septembre 2008
Le Matricule des Anges n°96
Les Douze contes de minuit
de Salim Bachi
2007
Pour avoir vécu en Algérie jusqu’en 1996, Salim Bachi sait la violence de son pays. Hanté par Cyrtha, sa ville imaginaire, il achève ici d’explorer les affres d’une jeunesse sacrifiée. Chez Salim Bachi, jeune talent d’une littérature algérienne née dans les soubresauts de la « décennie rouge » (les années 1990), la mort se regarde en face, la « trouille » au ventre peu importe que l’on en soit la victime ou le bourreau. Dans ce recueil de douze nouvelles, une succession de voix (de râles ?) émergées du clair-obscur de la conscience, l’écrivain algérien décrit, imagine, restitue, ironise, pour dénoncer de sa plume intransigeante et dans le même temps essentiellement humaine, ceux qui ont assassiné et continuent de profaner son pays, avec ses hommes et leurs jeunesses....
Sophie Deltin
avril 2007
Le Matricule des Anges n°82