La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Samuel se

Ouvrages chroniqués

Lettres (Tome 1-1929-1940)
de Samuel se
2014
Le premier volume de la correspondance de Beckett : portrait de l’artiste en jeune homme, entre les marasmes du doute et une incroyable vitalité intellectuelle. Aux sollicitations des auteurs qui souhaitaient écrire sa biographie, Beckett répondit longtemps qu’il préférait qu’on s’occupe de son œuvre. En 1968, il écrivait à Jérôme Lindon : « Je compte sur toi, en tant que mon exécuteur littéraire, pour t’opposer à toute publication de mes lettres, sous quelque forme que ce soit », façon de dire qu’entre l’œuvre et la vie, les barrières étaient clairement posées, et la communication impossible dans le champ public. En 1985 pourtant, l’écrivain revenait sur son veto initial, acceptant le principe de la publication de sa correspondance à condition...
Valérie Nigdélian
juillet 2014
Le Matricule des Anges n°155
Lettres IV : (1966-1989)
de Samuel se
2018
Quatrième et dernier volume de la correspondance de Samuel Beckett (1966-1989), où les lettres aux fidèles croisent celles de chercheurs, jusqu’aux dernières maigres cartes, au détachement bouleversant. Drôle d’aventure que celle d’une vie entière, a fortiori celle de Samuel Beckett, à s’employer toujours au moins. Non parce qu’il attendit son quelconque retour gagnant ou un reste minimal (un os à ronger), mais parce que Beckett s’engagea vite vers l’idée la plus extrême de tout amenuiser. Ce travail de la plane à réduire la surface d’un plan à presque rien, whisky compris qu’il se conseillait toujours de boire moins, fut l’impératif auquel Sam, comme il signait ses lettres à ses proches, se voua toute sa vie. Drôle, parce que, excepté le corpus des œuvres, qui va de plus en plus se...
Emmanuel Laugier
avril 2018
Le Matricule des Anges n°192