La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Sandra Moussempès

Ouvrages chroniqués

Liste alphabétique des titres


Cassandre à bout portant
de Sandra Moussempès
2021
Lmda N°220 À la fois blessure et baume, Cassandre à bout portant, long poème flottant d’un ange déchu à la recherche de lui-même, entraîne dans un univers d’une troublante étrangeté. Brûlé de l’intérieur, hanté d’inquiétante étrangeté et de cruauté pince-sans-rire, le nouveau livre de Sandra Moussempès ! Ne faisant qu’un avec les quatre volumes déjà publiés dans la collection Poésie/Flammarion – Vestiges de fillette (1997), Captures (2004), Photogénie des œuvres peintes (2009), Sunny girls (2015) – Cassandre à bout portant, par-delà l’exploration des dessous de la...
Consonances sans accords
février 2021
Cinéma de l’affect
de Sandra Moussempès
2020
Lmda N°210 Entre exorcisme et théâtre vocal, la poésie de Sandra Moussempès donne présence aux forces qui sont à l’œuvre dans la matière de la voix. Saturée d’impalpable et de magnétisme l’écriture de Sandra Moussempès, et tissée des hauts mystères de ce que la voix fait au lecteur ou à l’auditeur. « Boucles de voix off pour film fantôme » annonce le sous-titre de son nouveau livre, Cinéma de l’affect se décline en sept séquences. Elles scandent les différentes étapes d’une déambulation parmi des dispositifs sonores, visuels et sensoriels...
La chair de la voix
février 2020
Colloque des télépathes
de Sandra Moussempès
2017
Lmda N°186 Par le corps et la voix, la poésie de Sandra Moussempès nous fait voyager dans un temps imagé, entre dissonance et fascination. Avec une étonnante cohérence, et sa sensibilité si particulière aux saillances et aux pré- gnances des images, c’est encore et toujours ce qui se cache derrière leur puissance d’affect qu’interroge Sandra Moussempès dans son nouvel opus. À partir de son parcours existentiel et de ses souvenirs d’enfance – cette patrie intérieure tout imprégnée de palpitations secrètes, d’éblouissements mais...
L’art des conjugaisons paradoxales
septembre 2017
Photogénie des ombres peintes
de Sandra Moussempès
2009
Lmda N°108 Avec quoi se débat-elle Sandra Moussempès ? Quelle expérience de dessaisissement ? Quelle volonté d’arracher la beauté au vertige ? Après Vestiges de fillette (1997) et Captures (2004), les sept séquences qui composent ce recueil continuent à interroger les écrans trompeurs de l’apparence, l’instinct de liaison comme les pulsions de déliaison et toutes les formes de divergence et de...
Photogénie
novembre 2009
Biographie des idylles
de Sandra Moussempès
2008
Lmda N°97 Recoudre à l’envers et patiemment toute déconvenue// Jusqu’à la bonne surprise/ Des évasions programmées », lit-on en exergue du nouveau recueil de Sandra Moussempès. Biographie des idylles, un beau titre pour suggérer l’altérité du sensible et introduire à ces évidences qui tout en étant elles-mêmes sont aussi autre chose. L’idylle relève de ce champ de tensions mouvantes, de ces...
Biographie des idylles
octobre 2008
Le Seul jardin japonais
de Sandra Moussempès
2005
Lmda N°69 Court mais dense, énigmatique et troublant, le dernier recueil de Sandra Moussempès. Une fausse mise à nu, une traversée du jardin du désir et des amours, où tout n’est qu’une « question de perception », de passe et d’impasse, de connivence et de coïncidence. « Avec un casting de rêve on fabrique un mausolée ». Ce qui caractérise ce qu’écrit Sandra Moussempès, c’est une façon d’évoquer le...
Douce dislocation
janvier 2006