La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
ZA Loup à Loup 83570 Cotignac
tel ‭04 94 80 99 64‬
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Sébastien Berlendis

Ouvrages chroniqués

Lungomare
de Sébastien Berlendis
2024
Le long du golfe clair
Jérôme Delclos
février 2024
Le Matricule des Anges n°250
Article non disponible
Seize lacs et une seule mer
de Sébastien Berlendis
2021
L’écrivain construit, avec une remarquable économie de moyens, un subtil et profond récit d’initiation. Écrit à la première personne, Seize lacs et une seule mer s’affiche dans les premières pages comme un récit de voyage de Sébastien Berlendis en Allemagne, rendu crédible par l’allusion à un voyage antérieur, en Pennsylvanie où il a en effet photographié des « trailer parks américains ». Mais très vite, la dimension romanesque du récit perce sous le dispositif en trompe-l’œil, au service de ce qu’ailleurs Berlendis revendique comme « écriture à partir de soi » plutôt qu’écriture de soi, dans la ligne de l’« autographie » de Pontalis. Le narrateur, sitôt arrivé à Berlin à l’occasion...
Jérôme Delclos
octobre 2021
Le Matricule des Anges n°227
Des saisons adolescentes
de Sébastien Berlendis
2020
Des saisons adolescentes confirme la fidélité à soi de Sébastien Berlendis qui, depuis Une dernière fois la nuit (Stock, 2013), se tient sur la ligne claire de la mémoire de l’adolescence. Fidélité, aussi, à un format – toujours une centaine de pages – et à un style « sans ficelles » comme Carver qualifiait bien le sien. Dans son cinquième livre, Berlendis fait à nouveau retour vers ce temps intermédiaire, scandé par l’émotion, le trouble, mais aussi cette fois-ci par les deuils : d’un parent, d’une aïeule, et, surtout, de la croyance enfantine en un avenir adulte qui ouvrirait à mieux....
Jérôme Delclos
juillet 2020
Le Matricule des Anges n°215