La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Serge Pey

A propos

Transes de vie A 60 ans, les mots, le corps, la peau du poète toulousain semblent se ramifier, créant une toile invisible recouvrant le monde jusqu’à l’infini. La toile par-dessus la toile. Difficile de réduire tout être à un mot, un concept, voire une appartenance. Quasi impossible de saisir Serge Pey ? Serge Pey est poète d’action. 17 mars 2010, 19 heures : hall de la cafétéria de la médiathèque Émile-Zola, Montpellier. Lieu froid, impersonnel. Sur le sol, deux colonnes de feuilles blanches couvertes d’un long poème. Sur chaque feuille, une tomate que Serge Pey écrase tout en récitant. L’espace, réanimé, se métamorphose. L’auditeur se révèle tour à tour amusé, éberlué, agacé, impliqué. La voix résonne, tonitrue, évoque un camp, Sabra ou Chatila ? A l’instar du...
mai 2010
Le Matricule des Anges n°113

Serge Pey, porteur de parole

Ce voyageur impénitent veut une poésie totale. Pour éviter les précipices et ne pas taire les révoltes. Le poète est homme d’actions. Nîmes, Hôtel des Allégories, mi-squat, mi-demeure aristocratique tombée en décrépitude, Serge Pey crucifie un poulet mort, plumé sur le plancher. À chaque clou, il attache méticuleusement un câble électrique rouge, qu’il relie à un spectateur. Ensuite, muni d’un chalumeau, il brûle poulet et câble. Étonnement, agacement, trouble dans l’assistance. Auparavant, il avait dit des poèmes gravés...
janvier 2000
Le Matricule des Anges n°29

Ouvrages chroniqués

Nihil et consolamentum : bâtons et poèmes cathares (bilingue occitan) Illustration(s) de Serge Pey
de Serge Pey
2009
Fervent, lyrique, tonitruant, le poète Serge Pey revisite la théologie et le drame cathare en quatre textes. Le catharisme est-il compatible avec la vente de produits gras, carnés et la promotion du terroir ? Cette religion des plus austères s’est construite au XIIIe siècle en opposition au faste, à la corruption d’une Église catholique omnipotente. Sous prétexte d’hérésie, une guerre coloniale appelée croisade permit au royaume de France d’annexer les états du Sud. Des milliers de personnes furent pourchassées, torturées et carbonisées vivantes. Fut également inventée la plus formidable machine à décerveler et à broyer de l’humain : l’Inquisition. Serge Pey, né en 1950, créa les revues Émeute...
Dominique Aussenac
juillet 2009
Le Matricule des Anges n°105
Nierika : Chants de vision de la contre-montagne
de Serge Pey
2007
Le peyotl est un tout petit cactus utilisé depuis des siècles lors de cérémonies religieuses, divinatoires ou thérapeutiques par les chamans du Mexique. Son ingestion provoque des visions. Artaud, Huxley, Michaux l’ont utilisé, écrivant ou dessinant sous son influence. De 1978 à 1992, Serge Pey effectua de nombreux voyages initiatiques. Les textes issus de ces expériences, épuisés aujourd’hui, viennent d’être réédités, enrichis de dessins originaux et d’une préface de l’ethnologue Jean Monod. La cinquantaine de poèmes « traduits du peyotl », très rythmés, évoque la plante, son esprit,...
avril 2008
Le Matricule des Anges n°92
Les Aiguiseurs de couteaux
de Serge Pey
Adepte de la poésie directe, Serge Pey retrouve, par le rituel et le martèlement, des échos rimbaldiens où le masculin et le féminin ne cessent de se contourner. Si le bâton accompagne habituellement la marche, pour Pey, il véhicule aussi le poème. Le bâton, les bâtons de châtaigniers, Serge Pey les lit, les interprète, les brandit, les entremêle tout en martelant du pied, en sacralisant l’espace. Parfois les bâtons semblent surgir de sa bouche, prolongement de la langue arrachée de Philomèle qui engendra le premier poème et à laquelle il consacra sa thèse. Ses prestations, ses...
Dominique Aussenac
août 2001
Le Matricule des Anges n°35