La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Sylvie Gracia

A propos

Papier de sang mêlé Romancière et éditrice (au Rouergue), Sylvie Gracia repousse les lignes imaginaires d’une mémoire composite au fil d’Une parenthèse espagnole grave mais enchanteresse. Un homme, professeur de français à Orteuil, a été confronté à l’impondérable. Deux événements ont littéralement chamboulé son quotidien et revivifié des plaies mal couturées. Seul face à l’écran de son ordinateur, il combine des mots dans le but d’« exorciser par l’écriture le vide d’une disparition », d’éclairer l’enchevêtrement de choses qui, fussent-elles insignifiantes, révèlent les « contradictions dans lesquelles on s’est longtemps tenu ». Une correspondance souterraine relie-t-elle chaque expérience nouvelle à ce qui a été vécu, entendu ? Que peuvent avoir en commun la mort d’une...
janvier 2009
Le Matricule des Anges n°99

Ouvrages chroniqués

L' Ongle rose
de Sylvie Gracia
2002
Sylvie Gracia poursuit à travers son troisième ouvrage une exploration des corps, des vertiges, des béances. Une écriture incisive, dérangeante et vraie. Un ongle n’est pas une chose anodine, innocente. Un ongle développe une dimension fantomatique, surtout lorsqu’il paraît mort, à peine racorni, détaché du corps. En Afrique, certains affirment qu’il faut cacher, détruire ongles, cheveux, peaux mortes, afin de ne pas être dépossédé de soi-même, marabouté. Dans le nouvel ouvrage de Sylvie Gracia, l’ongle est déclencheur d’écriture, fil rouge (rose vernis) incongru presque magique. Un témoin aux deux sens du terme, le témoin d’une action, ici, un coup d’éclats, une dispute d’hommes, une bousculade et un téton entr’aperçu qui fascinera...
Dominique Aussenac
juin 2002
Le Matricule des Anges n°39
Les Nuits d’Hitachi
de Sylvie Gracia
1999
Dans son deuxième ouvrage, Sylvie Gracia dévide magistralement des nœuds de vie, d’amour, de sexe et de mort. Intimement. Ni romans, ni recueils de nouvelles, plutôt carnets d’esquisses, collections d’éclats de vie, de fragments, ainsi se présentent les deux ouvrages de Sylvie Gracia née en 1959 dans l’Aveyron, animatrice de la branche littérature des Éditions du Rouergue. L’Été du Chien (1996, L’Arpenteur) était composé de trois cent quarante-neuf séquences brutes, incisives qui s’amoncellant, se recoupant formaient une histoire. Le retour d’une jeune femme de 31 ans dans la ferme de ses parents, après avoir quitté Lahcen, étudiant marocain dont elle a deux enfants. De ce livre émanait une lucidité acerbe,...
Dominique Aussenac
mars 2000
Le Matricule des Anges n°30
L' Eté du chien
de Sylvie Gracia
Françoise, jeune femme de 31 ans était destinée à quitter la ferme de ses parents, à s’affranchir du monde de la terre, à faire des études, devenir une femme libre, une femme de la ville. À Montpellier, elle a rencontré un étudiant marocain dont elle a eu deux enfants. Un matin, elle le quitte, sans raison apparente. Avec les enfants, elle revient vivre chez ses parents. Maintenant, elle est caissière dans une supérette, près d’un lac qui ne vit que l’été grâce aux touristes hollandais. Françoise est étrangère à ce monde, au monde en général et peut-être d’abord à elle-même. « On se perd...
Dominique Aussenac
juin 1996
Le Matricule des Anges n°16