La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français l’Eté du chien

juin 1996 | Le Matricule des Anges n°16 | par Dominique Aussenac

Françoise, jeune femme de 31 ans était destinée à quitter la ferme de ses parents, à s’affranchir du monde de la terre, à faire des études, devenir une femme libre, une femme de la ville. À Montpellier, elle a rencontré un étudiant marocain dont elle a eu deux enfants. Un matin, elle le quitte, sans raison apparente. Avec les enfants, elle revient vivre chez ses parents. Maintenant, elle est caissière dans une supérette, près d’un lac qui ne vit que l’été grâce aux touristes hollandais. Françoise est étrangère à ce monde, au monde en général et peut-être d’abord à elle-même. « On se perd parfois dans sa vie, on cherche et il n’y a pas de lumière, on pense, tu vas bien avoir un peu de chance un jour, quelque chose va t’attraper et soudain il n’y aura plus d’illusions, seule la maîtrise de ton destin. » Ce premier roman est découpé en 349 séquences sèches, incisives qui s’amoncellent, se recoupent, formant peu à peu une histoire. L’Été du chien est un premier roman très abouti, dur, lucide et sensible sur la perte de l’identité, la non-maîtrise des destinées, le non-être, le non-amour, à moins qu’il ne s’agisse d’un amour si grand qu’il en demeure incompréhensible aux hommes.

L’Arpenteur
209 pages. 85 FF

l’Eté du chien Par Dominique Aussenac
Le Matricule des Anges n°16 , juin 1996.