La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Violette Leduc

Ouvrages chroniqués

La Bâtarde
de Violette Leduc
1996
Dans La Bâtarde, confession autobiographique d’une formidable densité, l’écrivaine évoque ses amours homosexuelles et ses amitiés littéraires. En soi, l’incipit de Violette Leduc n’a rien d’engageant : « Mon cas n’est pas unique : j’ai peur de mourir et je suis navrée d’être au monde. » On s’attend donc à de la plainte, ce à quoi Simone de Beauvoir, dans sa préface dithyrambique, a d’emblée prévenu le lecteur. Fort heureusement, il n’en sera rien. Bien sûr, en peignant sa vie de son enfance jusqu’à l’entrée des Alliés dans Paris, les occasions de se plaindre ne manquent pas (de son physique notamment, qui ne trouve jamais grâce à ses yeux). Mais elles sont noyées sous le reste. Transfigurées par l’écriture. Épongées par les...
Didier Garcia
février 2019
Le Matricule des Anges n°200
Je hais les dormeurs Illustration(s) de Béatrice Cussol
de Violette Leduc
2006
On a un peu oublié Violette Leduc (1907-1972) aujourd’hui, cette orfèvre des mots qui fut l’amie de Simone de Beauvoir. Sa prose est constamment portée par des images inattendues qui transfigurent la réalité, lui donnent une matérialité insolite. Je hais les dormeurs, court texte qui appartient à un récit intitulé Ravages (largement autobiographique, comme la majeure partie de l’œuvre), a d’abord été publié de façon un peu différente dans la revue L’arbalète en 1948. C’est cette version que proposent les Éditions du chemin de fer. Il s’agit du monologue d’une femme qui s’insurge contre...
Jean Laurenti
mars 2007
Le Matricule des Anges n°81
Thérèse et Isabelle
de Violette Leduc
2000
Publication, enfin intégrale, du chef-d’œuvre de Violette Leduc qui montre combien l’amour peut s’écrire au féminin. Comme plaisir. Violette Leduc tenta vainement de nous faire parvenir Thérèse et Isabelle : elle n’eut jamais la satisfaction de le voir en édition courante tel qu’il avait été conçu en trois années de travail. Ce récit constituait en 1954 le début de Ravages, roman qui en l’état fut refusé par Gallimard, l’année où Histoire d’O, après un semblable refus d’autocensure, trouva refuge chez Pauvert. Cette superbe ouverture supprimée parut chez Gallimard, expurgeé et isolée en un précieux petit volume, en 1966, lorsque l’auteur de La Bâtarde (1964) eut acquis quelque notoriété. La version intégrale est...
Jacques Goulet
janvier 2001
Le Matricule des Anges n°33