La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Tombeau du dormeur

mars 2007 | Le Matricule des Anges n°81 | par Jean Laurenti

Je hais les dormeurs

Illustration(s) de Béatrice Cussol
Editions Chemin de fer

On a un peu oublié Violette Leduc (1907-1972) aujourd’hui, cette orfèvre des mots qui fut l’amie de Simone de Beauvoir. Sa prose est constamment portée par des images inattendues qui transfigurent la réalité, lui donnent une matérialité insolite. Je hais les dormeurs, court texte qui appartient à un récit intitulé Ravages (largement autobiographique, comme la majeure partie de l’œuvre), a d’abord été publié de façon un peu différente dans la revue L’arbalète en 1948. C’est cette version que proposent les Éditions du chemin de fer. Il s’agit du monologue d’une femme qui s’insurge contre l’indifférence mortelle de son amant endormi : « Je hais les dormeurs. Je me penche sur eux avec mes mauvaises intentions. Leur soumission m’exaspère. Je hais leur sérénité inconsciente, leur fausse anesthésie, leur visage d’aveugle studieux, leur saoulerie raisonnable, leur application d’incapable. » Parfois, la révolte cède le pas à une tendresse, une douceur maternelles dont on imagine aisément les réactions scandalisées qu’elles ont dû susciter en leur temps : « Tu ne sauras jamais, dormeur disparu, avec quelle rapidité ma main innocente a répondu à l’innocence de ton sexe amoindri. (…) Je suis la gardienne du sexe déchu d’un homme qui dort. Je ne le reçois plus. (…) Ma main le protège et c’est le seul rôle de mère qui m’aille. »
Le texte est joliment enluminé par les aquarelles de Béatrice Cussol : les fragments qui figurent en regard de la page écrite font surgir des scènes érotiques dont on ne sait pas si elles y figurent réellement ou si c’est le lecteur qui les a rêvées. Enluminures, illuminations : les fulgurances poétiques de Violette Leduc font quelquefois songer à Rimbaud. Qui, ici et là, se détournerait de « la vraie hauteur du ciel » et porterait le regard attendri d’un Jean Genet sur « un bouton de coquelicot. »

Je hais les dormeurs de Violette Leduc
Éditions du chemin de fer, 62 pages, 15

Tombeau du dormeur Par Jean Laurenti
Le Matricule des Anges n°81 , mars 2007.
LMDA papier n°81
6.50 €
LMDA PDF n°81
4.00 €