La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Virginie des Rieux

A propos

Bouton d'or et le sexe La Satyre : l’univers de Proust passé à la moulinette par la fille spirituelle de Roger Rabiniaux. Une curiosité. « C’était quelqu’un, la petite »…. Avec ses faux airs de France Gall (première époque), Virginie des Rieux a fait les beaux temps de la presse littéraire de la rentrée de 1965. Blonde comme les blés, elle avait 25 ans alors et, semble-t-il, un aplomb remarquable. Son premier roman, La Satyre, publié par l’éditeur du trublion Henry Miller, Buchet-Chastel, avait une allure narquoise, une façon bien à lui de s’imposer et un air libertin qui le fit remarquer. Les journaux donnèrent leurs grandes orgues : Jean Rousselot dans Les Nouvelles littéraires, Jean Mistler, « de l’Académie française », dans L’Aurore, mais aussi...
avril 2005
Le Matricule des Anges n°62