La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur William Burroughs

Ouvrages chroniqués

Lettres
de William Burroughs
2007
« Peut-être que le véritable roman, c’est ces lettres que je t’écris » : pour Allan Ginsberg, par William Burroughs, la relation fragmentée d’une âpre et drolatique odyssée. L’image fin de siècle est restée : le plus fameux des vieillards underground, increvable silhouette toute de sédition hautaine. Cette correspondance nous ramène presque quarante ans en arrière, entre 1945 et 1959, lorsqu’il écrit plus de 150 lettres à Allan Ginsberg, qui font l’essentiel du volume. Leur relation amoureuse s’était nouée à New York, dans un appartement partagé avec Jack Kerouac, les trois hommes esquissant là l’espace de la Beat Generation. Burroughs allait pourtant faire cavalier seul : du Rio Grande où il s’était installé comme fermier, il partira pour l’Amérique du Sud,...
Gilles Magniont
juin 2007
Le Matricule des Anges n°84
Mon éducation, un livre des rêves
de William Burroughs
Si l’on a pu réduire avec dédain l’audience de Burroughs aux malentendus de surface créés par une image de rock-star littéraire -la défonce, la Beat generation, le cut-up et ses épigones musicaux-,le temps rend aujourd’hui à ce dynamiteur littéraire une place dont la marginalité ne masque plus la prépondérance. Fuite hors des structures de la littérature et de la société, interrogation du verbe, récupération des discours dominants pour les faire imploser, laminage de l’esprit de suite et du sérieux compassé : la lecture de certaines écritures contemporaines -notamment en poésie- convoque...
Pierre Hild
juillet 2000
Le Matricule des Anges n°31