La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur William S. Merwin

Ouvrages chroniqués

Les Dernières vendanges de Merle
de William S. Merwin
2011
En un récit agreste, métaphysique, charnel, le poète William S. Merwin enlumine la fuite du temps. Dans L’Apiculteur, film du cinéaste Théo Angelopoulos, Marcello Mastroianni remonte le cours de sa vie. Transportant ses abeilles dans une fourgonnette, il poursuit à travers la Grèce la route des fleurs. Pareillement, Merle, hôtelier, marchand de vins veuf et septuagénaire effectue ses dernières tournées sur le Causse quercynois. Héritier d’un savoir-faire, d’un goût, d’une civilisation en voie de disparition, à qui va-t-il pouvoir transmettre son négoce ? En une sorte de road movie tendre, pathétique, la camionnette sillonne les coteaux, du nectar brinquebalant dans ses tonneaux,...
Dominique Aussenac
mai 2011
Le Matricule des Anges n°123
La Renarde
de William S. Merwin
2019
Le 15 mars 2019 à Haiku (sic) dans l’archipel d’Hawaï, avec le décès de William S. Merwin, un pont littéraire, reliant l’Ancien et le Nouveau Monde, s’écroule. Né à New York en 1927, le double lauréat du prix Pulitzer sut renouveler la poésie nord-américaine d’après-guerre tout en la rattachant à la lyrique médiévale de Dante et des troubadours via Ezra Pound qu’il rencontre à 18 ans. Auteur d’une cinquantaine d’ouvrages (recueils de poèmes en vers ou en prose), il a traduit Villon, Dante, Lorca, Mandelstam, Follain… Ces poèmes, amples et lyriques, mais proches du langage parlé ne...
Dominique Aussenac
janvier 2020
Le Matricule des Anges n°209
Écrits au gré d’un accompagnement inachevé (bilingue anglais)
de William S. Merwin
2008
Le recueil de l’Américain William S. Mervin s’apparente à un long poème récitatif dont la nonchalance paisible trouble l’oreille. La période de renouvellement de Mervin, nous dit son traducteur, correspond aux années 70, celles, justement, durant lesquelles l’auteur, voyageant au sud du Mexique, redécouvre le sens profond des « Amériques », et par là, peut-être, une sorte de présence des espaces, de la terre, et de ce qui peut passer d’un mot à un os rencontré dans ses pas en plein désert… et d’un os poreux à un poème. Cette période conduit Mervin (né en 1927 à New York d’un père presbytérien pour qui, « enfant, il écrivit des hymnes liturgiques ») à se débarrasser des dernières traces de classicisme dont ses...
Emmanuel Laugier
février 2008
Le Matricule des Anges n°90
Les Fleurs de mai de ventadour
de William S. Merwin
2006
Qui se souvient de Bernard de Ventadour (v.1145-v.1180) ? D’après Dante, qui lui accorde une place importante dans La Divine Comédie, il fut l’un des plus adroits et subtils adeptes de l’art du trobar, entendez par là l’art médiéval occitan permettant d’inventer des rimes et de composer des poèmes. Voici des années, le National Geographic demandait à quelques écrivains un « livre de voyage » qui évoquerait leur lieu de prédilection. Parmi eux, le poète William S. Merwin, né à New York en 1927. Celui-ci rencontra à 18 ans Ezra Pound. Sur son lit d’hôpital où il simulait la folie pour...
Dominique Aussenac
novembre 2006
Le Matricule des Anges n°78