La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Yann Miralles

Ouvrages chroniqués

Hui
de Yann Miralles
2020
Yann Miralles explore le lien entre des formes poétiques anciennes et leur inscription dans l’aujourd’hui. Entre ultrason, rythme et inventivité. Eblouissement est un bon mot pour commencer. » Ainsi s’ouvre le cinquième livre de Yann Miralles, né en 1981. Une crête lumineuse en forme d’alexandrin dont le rythme ternaire annonce trois sections d’apparence dissemblable – une grande ville, un fleuve, un visage – et pourtant trois réalités propices à l’exploration du présent. Éblouissement est un bon mot qui pose l’enjeu de l’ouvrage, tout autant que son risque et sa démesure tant les moyens du poème semblent dérisoires. Et pourtant cela fonctionne à merveille, car d’emblée le rythme nous emporte et « le rêve d’un poème pulsation » se...
Christine Plantec
mai 2020
Le Matricule des Anges n°212-213
Des terrains vagues, variations
de Yann Miralles
2016
Ce quatrième de livre de Yann Mirallès est sans aucun doute son ouvrage le plus abouti. Les poèmes sont autant de variations, au sens presque musical du terme, mais ils forment aussi une série non-finie, c’est-à-dire un tressage d’éléments disparates de lieux (les abords du Rhône, Montreuil, les usines), de survivances, des plans cinématographiques (de la Dolce vita à Three days jusqu’à L’Évangile selon saint Matthieu, etc.) à la mémoire revenue de l’enfance ou de faits divers collectifs. La première page qui en ouvre le cadre est à cet égard exemplaire, tant elle suppose déjà le...
Emmanuel Laugier
mars 2016
Le Matricule des Anges n°171