La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

éditions Chassel

Ouvrages chroniqués

Gueules de pierre
de Bernard Vincent
2007
L’idée est originale, le livre est beau, la mise en page efficace. D’un côté, se détachant sur un fond d’un noir intense, des images de roches à visage humain. Des « gueules de pierre » qu’a surpris le photographe Bernard Vincent, au hasard de ses balades dans la vallée de l’Ibie, entre monts de Berg et gorges de l’Ardèche. Une vallée large, caillouteuse, aux rives remontant des coteaux calcaires. Un décor osseux, quasi désertique : une rivière souvent à sec, des éboulis, des blocs de calcaire maltraités par l’érosion et sculptés par le temps. Ce qui fait que, le matin, quand le soleil...
Richard Blin
janvier 2007
Le Matricule des Anges n°79
Le Voyage en peinture
de Gérard Lattier
2004
Peintre-conteur, imagier, inclassable, Gérard Lattier dit et peint le rugueux du vécu comme les floraisons du vivre. Avec humour et amour. Il a le regard malicieux, la parole ouverte et revendique la seule vraie liberté, « celle du dedans de la tête ». Il aime la garrigue et les histoires vraies. En d’autres temps il aurait été troubadour, et les couleurs dont il illumine ses histoires brillent de cette lumière qui signe l’accord entre le dit et le montré, le peint et l’écrit. Près de cinquante ans, à présent, qu’il fait rimer syllabes et couleurs, passé et présent, manière d’être et peinture. Cinquante ans qu’il manie brosses et pinceaux à la manière d’un peintre florentin appréciant la belle ouvrage. Cinquante ans...
Richard Blin
septembre 2004
Le Matricule des Anges n°56