La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

éditions Clémence Hiver

Ouvrages chroniqués

Contes de fées - 16 poèmes enfantins
de Edward Estlin Cummings
2003
Les éditions Clémence Hiver publient, après Je : six inconférences (2001), également traduit et présenté par Jacques Demarcq, l’un des plus fins connaisseurs de l’œuvre du poète américain E. E. Cummings, un livre quasi-objet superbe accompagné de 12 dessins de Macha Poynder. Les quatre Contes de fées et les 16 Poèmes enfantins, deux ensembles de textes à l’origine séparés, forment une ballade sûre et un livre de haute enfance. Il est question ici de toucher ce qui se trame dans la pure sensibilité des enfances, au-delà de la grille du cerveau adulte. Si les poèmes traversent les thèmes de...
Emmanuel Laugier
mai 2003
Le Matricule des Anges n°44
Je (six inconférences)
de Edward Estlin Cummings
2001
E. E. Cummings, père avec H. Crane et W. C. Williams de l’ultra-modernité américaine, fit sérieusement son autoportrait en 6 inconférences. Complexe et audacieux. Il semble qu’il y ait quelque chose d’assez typique chez les poètes américains des années 20-50 lorsqu’ils sont appelés à parler de poésie lors de conférences : ils tournent autour du sujet en avouant bien haut leur incapacité d’en faire le tour. Sauf à lire directement leur livre, les voilà à raconter des anecdotes, à brouiller les pistes par des récits autobiographiques, tout en les raccordant à quelques passages pour eux fondamentaux de la poésie. C’est le sentiment, déjà, que donnaient les entretiens récemment traduits de William Carlos Williams sous le titre de Je voulais faire un...
Emmanuel Laugier
septembre 2001
Le Matricule des Anges n°36
Voyage à Briansk (suivi de) Don de la liberté (et de) Quelques mots sur la poésie, sur sa fin, son commencement et sa continuation
de Olga Aleksandrovna Sedakova
2008
Olga Sedakova est poète : c’est en poète qu’elle traverse et décrit l’espace et l’histoire de son pays, l’URSS agonisante puis la chaotique Russie. En 1984, Olga Sedakova est invitée à venir présenter son travail de traductrice à Briansk, à la frontière de l’Ukraine et de la Biélorussie. Elle s’y rend sans enthousiasme : c’est qu’il faut bien vivre - en poète ! - et que cela n’a rien de simple à l’ère post-brejnevienne. Elle frémit à l’avance à la pensée de ce qui l’attend : impossibles dialogues avec les « pionniers » - « enfants décervelés, transformés en pantins de bois - l’histoire de Pinocchio à rebours » - et lectures à l’usine. Elle se demande avec angoisse non pas ce qu’elle va dire mais : « De quoi ne dois-je pas parler ? »...
Thierry Cecille
novembre 2008
Le Matricule des Anges n°98
Voyage à Tartu & retour (suivi de) Poésie et anthropologie (suivi de) Quelques remarques sur l’art de la traduction
de Olga Aleksandrovna Sedakova
2005
Olga Sedakova est poète : c’est en poète qu’elle traverse et décrit l’espace et l’histoire de son pays, l’URSS agonisante puis la chaotique Russie. En 1984, Olga Sedakova est invitée à venir présenter son travail de traductrice à Briansk, à la frontière de l’Ukraine et de la Biélorussie. Elle s’y rend sans enthousiasme : c’est qu’il faut bien vivre - en poète ! - et que cela n’a rien de simple à l’ère post-brejnevienne. Elle frémit à l’avance à la pensée de ce qui l’attend : impossibles dialogues avec les « pionniers » - « enfants décervelés, transformés en pantins de bois - l’histoire de Pinocchio à rebours » - et lectures à l’usine. Elle se demande avec angoisse non pas ce qu’elle va dire mais : « De quoi ne dois-je pas parler ? »...
Thierry Cecille
novembre 2008
Le Matricule des Anges n°98